Ænima – Tool

aenema toolSorti le 1er octobre 1996

Le deuxième album long de Tool a aussitôt propulsé le band sur la scène internationale. De nombreux petits changements ont permis au groupe d’obtenir cette notoriété. Premièrement, le bassiste Paul D’Amour quitte le groupe pour être remplacé par Justin Chancellor, qui apportera une touche différente musicalement qui s’entend déjà un peu dans l’album Ænima (mélange astucieux et légèrement controversé entre les termes anima et enema). Outre le bassiste, le son de Tool, en tant que tel, prend une tournure déjà plus progressive, à la limite métal sur cet album.

Les gars se sont assurément bien amusé et ont pris le temps nécessaire pour produire cet album, sorti 3 ans après Undertow. Des chansons très longues, beaucoup d’interludes (il y en a presque une entre chaque chanson, mais au moins, cette fois, elles ne sont pas intégrées aux chansons), une ambiance souvent sombre d’une piste à l’autre. On ne se cachera pas que l’album ne s’adresse pas à toutes les oreilles, n’ayant ni un son bonbon, ni des paroles agréables. Mais les fans des œuvres antérieures de Tool et du style un peu lugubre y trouveront leur place sans problème.

Écoutez l’album une ou deux fois et vous allez entendre beaucoup de choses. Des incantations en allemand qui semblent hitlériennes (mais qui sont, en fait, une recette de biscuits), un «message» à un dénommé Harry Manback que le chanteur déteste de tout son âme et lui souhaite un cancer et une intro à la Monty Python à l’orgue, tout ça entre les chansons sombres et inquiétantes. Mais en lisant un peu sur le web, vous apprendrez ce qu’avait Tool en tête en faisant tout ça. La pièce phare de l’album ne serait pas la chanson titre Ænima, mais plutôt Third Eye qui clôture l’album. Jimmy serait la suite de la chanson Prison Sex selon certaines sources, et une chanson sur la jeunesse du chanteur Maynard James Keenan selon d’autres. Useful Idiot est un attrape-nigaud sur la version vinyle de l’album et on apprend aussi que la grande inspiration de l’album serait Bill Hicks, comédien américain décédé en 1994. D’autres découvertes attendent les curieux sur Internet, il suffit de fouiller un peu!

Que dire de plus? Tool est beaucoup plus qu’un band. Derrière sa musique, il y a un visuel éclaté (allez voir les vidéos de Stinkfist et Ænima pour cet album) et beaucoup, beaucoup de messages cachés. Mais si on s’en tient à l’aspect musical, prenons Ænima pour ce qu’il est : un album encore meilleur, encore plus assumé que le précédent, où le groupe commence sérieusement à préciser son style.

À écouter : H., Jimmy, Pushit

7,8/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s