Aim and Ignite – Fun

Aim-and-Ignite-fun-bandSorti le 25 août 2009

L’introduction à ce premier album de Fun est un arrangement presque orchestral pendant les premières secondes, avec des violons et de l’accordéon. Peu après, on découvre les vraies couleurs du band qui se démarque par une voix qui rappelle Mika et Freddie Mercury (Queen). Musicalement, c’est clairement indie, et encore plus clairement pop. Le groupe est, à la base, formé de seulement 3 membres, mais beaucoup d’autres instrumentistes collaborent sur de nombreuses pistes. Donc on a droit à beaucoup de cordes, de la trompette, du hautbois, du saxophone… Le tout crée un enrobage intéressant mais qui rend la plupart des chansons très «bonbon».

Fun amène donc, avec ce premier album, la preuve que la musique pop peut encore offrir quelque chose de nouveau. C’est à la fois très positif, mais cela ne plaira pas à tous. L’album Aim and Ignite, on le voit notamment sur la pochette, est très coloré, et extrêmement énergique. Même les chansons supposément tristes ont une groove indéniable. Après tout, le band s’appelle Fun, donc ça se comprend. Ce n’est pas en pleurant qu’on aura du fun, justement. Donc on a droit à plus d’une quarantaine de chansons ensoleillées, avec des belles harmonies vocales, des petites mélodies enfantines par-ci par-là, et des instruments qui rappellent l’ère où les Beatles pouvaient faire de la pop avec absolument n’importe quel instrument existant.

Le groupe apporte donc quelque chose de nouveau, sans donner trop l’impression d’expérimenter. Comme s’il savait exactement où il allait avec ses arrangements. L’album est chargé en instrumentation, mais léger dans son ton. C’est efficace la plupart du temps, mais ce genre de musique peut tomber sur les nerfs de ceux qui ont la nausée devant trop de bonheur. Autre faiblesse de ce premier opus : Fun va acquérir une certaine notoriété avec son deuxième album, Some Nights. Les chansons qui font connaître le groupe sont plus épurée, et infiniment plus accrocheuses que celles de Aim and Ignite. C’est peut-être pour cela que ce premier album est demeuré dans l’ombre, malgré la qualité des compositions présentes. Cela reste quand même un effort remarquable qui n’a malheureusement pas atteint assez le public.

À écouter : All the Pretty Girls, Light a Roman Candle with Me, The Gambler

7,3/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s