Night Visions – Imagine Dragons

imaginedragonsSorti le 4 septembre 2012

Le premier album studio du groupe indie-rock américain Imagine Dragons a deux énergies très distinctes à offrir. La première, très joyeuse, pleine d’espoir, très catchy, représente peut-être les deux tiers de l’album. Le tiers restant est consacré à quelque chose de plus lourd, plus sombre. Ironiquement, il semble que ces deux facettes, certes complètement en contradiction, finissent pas bien cohabiter dans Night Visions.

Le premier single du groupe, It’s Time, surprend par son hook de guitare, et son refrain léger mais pesant à la fois (seul un groupe d’indie arrive à créer ce genre de contradictions avec aisance). Le secret semble reposer dans la progression d’accords, subtile, mais terriblement efficace. Par contre, dans l’album, la première chanson, qui introduit le groupe au commun des mortels, est Radioactive, un autre single de l’album, mais qui entre dans le tiers lourd. Le groupe a probablement tenu à mettre de l’avant ces deux côtés au lieu de faire croire qu’il est aussi joyeux que le groupe Owl City (même si Every Night et Underdog sonnent vraiment beaucoup dans ce style pendant les refrains). C’est honnête, mais on dirait qu’Imagine Dragons l’a moins facile dans cette ambiance que dans d’autres chansons presque hawaïennes comme On Top of the World.

Le band est généreux dans ses compositions, en offrant pas moins de 13 titres dans la version régulière. Variant assez judicieusement entre le côté joyeux, plein d’espoir et leur côté sombre. Musicalement, la guitare n’est pas compliquée, mais chacune de ses notes est justifiée. La batterie ajoute bien l’énergie là où il la faut. Et, vocalement, le chanteur arrive à nous faire planer lorsque la chanson s’y prête. Bref, on a affaire à un groupe indie-rock classique, apportant sa petite touche comme tout le monde. Ce n’est évidemment pas la révélation du siècle, mais musicalement c’est une bouffée d’air frais qui se prend assez bien sur le coup.

Et maintenant, les sujets des chansons. Le groupe semble être engagé dans différentes chansons. Radioactive semble une mise en garde de ce qui nous attend dans le futur si on laisse le monde dégénérer. Il y a aussi beaucoup (et surtout) de chansons portant sur les relations personnelles; on ne s’en sauve pas, même dans l’indie. Mais l’intérêt d’un band comme Imagine Dragons repose surtout dans la musicalité et les arrangements offerts plutôt que dans l’écriture des paroles.

Comme bien d’autres albums, Night Visions offre une version deluxe. Mais contrairement à bien d’autres album, cette version offre pas moins de 5 chansons supplémentaires, la plupart très intéressantes, sans supplanter les hits de l’album, mais qui justifieraient le choix de dépenser quelques dollars de plus. The River nous laisse avec une vague impression d’avoir entendu une chanson de Coldplay, mais rien de tragique ici; les chansons supplémentaires ne passent pas dans un registre complètement différent du reste de l’album.

Ce premier album complet d’Imagine Dragons s’écoute donc très bien, et laisse présager de très beaux résultats dans de futurs albums. C’est déjà un excellent premier effort, il ne reste qu’à mieux cibler l’énergie à dégager et s’y concentrer. Le talent est déjà là, il ne demande qu’à être exploité.

À écouter : It’s Time, On Top of the World, Nothing Left to Say

7,8/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s