Babel – Mumford & Sons

Mumford-Sons-BabelSorti le 24 septembre 2012

Connaissant maintenant un succès international, Mumford & Sons avait une très forte pression pour son second album. Pouvait-il aller plus loin que Sigh No More et offrir encore quelque chose de frais pour son bassin de fans? Finalement, l’écoute de l’album Babel nous montre que la recette semble déjà fixée; aucune surprise ne nous attend dans l’album, qui sonne très bien, mais qui ne crée pas l’effet «wow, je n’ai jamais entendu ça avant à la radio» qui avait caractérisé la sortie de l’opus précédent. Donc, encore beaucoup de guitare, de banjo et d’harmonies vocales au menu.

Maintenant que cette information cruciale est mentionnée, voyons quand même ce que nous offre cet album. La chanson Babel nous introduit dans celui-ci, avec un son énergique rappelant le premier album, mais il y a plusieurs passes plus douces qui s’y cachent, laissant croire que le groupe a choisi de mélanger ces deux ambiances en masse. Ce n’est pas méchant, mais ceux qui appréciaient le côté très upbeat de Sigh No More sentiront que les choix compositionnels du band ont été légèrement plus commerciaux ici.

Parlons aussi immédiatement de LA chanson de l’album, I Will Wait. Celle-ci a abondamment joué à la radio, mais après écoute attentive de l’album, elle n’a rien de si particulier qui la fait sortir du lot. Cela reste évidemment une très belle chanson, émotive mais aussi bien rythmée, mais comme toutes les autres chansons ou presque ont ces qualités, cela s’annule un peu. Après I Will Wait, il y a plusieurs très belles chansons, qui gardent un tempo plus lent, comme Ghost That We Knew. Lorsqu’on se concentre sur une émotion en particulier dans une chanson, cela semble mieux assumé que d’essayer de tout mettre dans une même chanson pour plaire à tous; ce qui est malheureusement le cas de trop de chansons sur l’album.

L’album Babel s’écoute donc très bien sans problème du début à la fin, mais il n’a malheureusement pas le petit élément magique qui fait en sorte qu’on s’en souviendra encore dans 10 ans. Après 2 albums quasi-identiques, le band britannique n’aura vraiment pas le choix de se réinventer pour continuer à avoir du succès. La note est surtout causée ici par l’originalité qui manque dans ce second opus, même si la recette fonctionne très bien commercialement.

À écouter : I Will Wait, Ghosts That We Knew, Below My Feet

7,4/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s