Paramore – Paramore

ParamoreParamoreSorti le 5 avril 2013

Paramore a choisi son quatrième effort studio pour en faire un titre éponyme, 4 ans après Brand New Eyes. Ce n’est décidément pas une coïncidence, comme la chanteuse Hayley Williams l’a elle-même avoué. Le band a perdu précédemment deux de ses membres fondateurs, les frères Farro, et Paramore a dû se réinventer. Tout en gardant le nom du groupe et la même voix qui a fait le succès du band pendant plusieurs années, celui-ci est loin d’être ce que nous avons connu dans les années Riot!, où le band avait atteint des sommets dans le son punk-pop-rock.

Pour un band comme Paramore, où sa popularité dépend uniquement de la force de ses singles, il est difficile de ne pas comparer avec les styles précédemment abordés. Les premiers albums du groupe étaient énergiques à souhait et ont conquis un large public, généralement assez jeune. Puis il a modulé vers quelque chose de plus modéré avec Brand New Eyes. D’ailleurs, le titre laissait entendre que le band se renouvelait… ce qui n’a guère suffi puisqu’il se re-renouvelle dans Paramore. Le groupe contient maintenant trois membres, Hayley Williams, Taylor York et Jeremy Davis. Très ironiquement, même en effectif réduit, l’album sonne extrêmement lourd par moments, étant très chargé musicalement. Comme si le groupe tenait à combler un vide en surchargeant ailleurs. Donc on a droit à des arrangements plus complets, mais moins spontanés que ce qu’on pouvait entendre dans leurs premières années. Le groupe semble vraiment décidé de changer son image de band de jeunes.

Mais revenons aux fameux singles. Vous avez peut-être entendu Now, qui a un message intéressant : «If there is a future, with want it now». Outre le message, il est permis de se demander si on entend encore du Paramore. Le style a décidément bien changé. Beaucoup plus travaillé et léché, mais aussi moins spontané. Notons quand même qu’il y a encore des chansons qui restent assez fidèle au «vieux son» comme Ain’t It Fun (du moins jusqu’à ce qu’on y ajoute des chœurs) ou Still Into You. Des chansons comme ça se font étrangement très rassurante dans cet album qui nous fait découvrir un band très différent de ce que certains écoutent depuis 2005. Certains louangeront cette variété, d’autres sentiront un profond malaise.

Autre particularité de l’album, c’est l’ajout d’interludes, au nombre de 3. Cela contribue à rajouter des chansons à l’album, mais il est permis de se demander si on voulait vraiment faire des chansons d’une minute ou si on a commencé à composer quelque chose et qu’au lieu de prendre le temps de les compléter, on a enregistré une œuvre inachevée. Car il est rare d’entendre des interludes de cette qualité sur les albums, même si elles sont au ukulélé.

Au final, on a droit à un album très solide, extrêmement varié, et assez long pour de la pop (plus de 60 minutes en version régulière). Mais, on n’a pas tout à fait droit à l’essence de Paramore, qui semble partie avec les frères Farro. Le groupe se cherche plus que jamais et est (encore) en voie de se redéfinir. Votre appréciation de l’album dépendra principalement de votre capacité d’ouverture, surtout si vous êtes un fan de la première heure de Paramore.

À écouter : Still Into You, Anklebiters, Hate To See Your Heart Break

6,8/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s