Funeral – Arcade Fire

funeral arcade fureSorti le 28 février 2005

Rares et bien chanceux sont les artistes montréalais qui bénéficient d’une visibilité énorme pour leur premier album, surtout sur la scène indie. Pourtant, c’est bien ce qui est arrivé avec Arcade Fire (à l’époque encore appelé The Arcade Fire) et son premier album, Funeral. Le groupe semble avoir frappé très fort du premier coup et sa popularité a été presque instantanée, que ce soit au Canada, aux États-Unis, jusqu’en Europe.

Le succès s’explique en grande partie grâce à la polyvalence et la variété retrouvée dans l’album qui comprend une dizaine de chansons en anglais, dont 4 ont le titre Neighborhood. Concept spécial, mais qui ne sonne pas moins bien à nos oreilles puisque les chansons sont toutes très différentes et bien composées. Aussi, le band offre une chanson nommée Une année sans lumière, qui reste quand même une chanson en anglais avec quelques mots français seulement. Les styles sont difficiles à classer, mais on a tantôt droit à des chansons très groovy (Neighborhood #3 (Power Out)), tantôt à des chansons plus introspectives et plus déprimantes (Crown of Love). Ce qui peut être le plus difficile à apprivoiser dans l’album est la ligne vocale, indie à souhait et souvent très poussée dans les aigus. Arcade Fire ne nous propose pas de chansons qui seront faciles (et agréables) à chanter pour le commun des mortels. Mais ce n’est pas grave parce que les chansons sont originales et restent dans la tête, pour le plupart.

Les 10 chansons de Funeral sont presque toutes excellentes (rien de moins) et ont des refrains accrocheurs qui ne demandent qu’à être écoutés et réécoutés. Pour cela, le band est vraiment très fort et fera plaisir à toute oreille un peu initiée au style indie. En fait, nombreuses ont été les critiques désignant Funeral comme étant l’album de l’année, quand il est sorti. Il est vrai qu’il est très fort et bien réalisé, surtout pour un premier opus d’une formation montréalaise. La «faiblesse» (d’autres le verront comme une qualité de plus) de l’album sont le fait que les chansons sont tellement éclectiques que c’est impossible de cerner l’essence de Funeral. Les futurs albums du groupe serviront à préciser ce style déjà très intéressant et de rendre les lignes mélodiques des couplets plus intéressantes encore. Bref, un groupe à suivre.

À écouter : Neighborhood #3 (Power Out), Crown of Love, Haïti

*En fait, écoutez n’importe quelle chanson ou presque de l’album, elles sont toutes bonnes.

8,6/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s