Noël – Angèle Dubeau et La Pietà

Angèle Dubeau NoëlSorti le 28 octobre 2010

Angèle Dubeau et son ensemble à corde La Pietà pouvaient difficilement se sauver de l’enregistrement d’un album de Noël. Cet album, sobrement intitulé Noël offre donc une version de plusieurs pièces de Noël interprétées avec brio, de façon instrumentale, par des cordes et un clavecin. C’est musicalement très réussi.

Là où c’est moins réussi, c’est dans le choix des musiques. Il y a certes Sainte Nuit, mais à part quelques autres mélodies que vous avez peut-être entendu une fois ou deux dans votre vie, l’essentiel de l’album n’en est pas un de musiques très évocatrices pour l’esprit des fêtes. D’autant plus que la liste de chansons présente les titres originaux qui ne sont pas si invitants. Qui veut vivre la frénésie des fêtes sur Concerto a Quatro in Forma di Pastorale « Par santissimo natale », Op. 8 No, 6? C’est pourtant très beau mélodiquement, mais c’est loin des classiques des fêtes auxquels nous sommes habitués.

Au menu donc, un peu de pièces traditionnelles, quelques rares airs très connus, d’autres qui inspirent vaguement quelque chose. Mais tout près de la moitié des pistes sont consacrées à des concertos associés d’une certaine façon à Noël, mais qui ne le sont guère dans l’imaginaire collectif. L’album Noël pourrait aisément jouer en musique de fond lors de toute soirée un peu chic et personne ne se rendrait compte que c’est un album de Noël, sauf en entendant la piste Stille Nacht (Sainte Nuit/Silent Night), au début de l’album.

Angèle Dubeau et La Pietà se donnent généralement pour mission de démocratiser la musique classique et la rendre plus accessible à un large public. C’est ici un peu un rendez-vous manqué puisque l’album, qui tout de même est très beau à écouter, n’est pas accessible au premier venu. Les pièces ne sont pas évocatrices et les oreilles non initiées au classique voudront changer d’album après trois ou quatre pistes tout au plus. Les initiés pourront, quant à eux, savourer cet album de Noël plutôt lyrique mais très bien orchestré. Les Edgar Fruitier de ce monde doivent d’ailleurs déjà l’écouter en cachette.

Mention honorable au livret à l’intérieur, qui nous souhaite Joyeux Noël dans plein de langues avec un paragraphe introductif aux compositeurs venant de ces pays.

À écouter : Stille Nacht (Sainte Nuit/Silent Night), La vierge à la crèche, The Holy Boy

(Quelques pistes sont disponibles sur le site Poste d’écoute, puisqu’elles sont relativement difficiles à trouver autrement, du moins légalement)

5,3/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s