Balladur – Balladur

coverSorti le 8 mars 2013

Une étrange familiarité peut vous frapper en entendant les chansons de l’EP de Balladur, groupe français qui embrasse les courants new wave et coldwave. En fait, le style est à s’y méprendre avec Joy Division, à peine plus modernisé, même si Balladur est au moins 30 ans plus jeune. Le son n’offre donc que peu de nouveautés, mais ce serait de la mauvaise foi de s’arrêter à cela pour critiquer cet EP homonyme.

Ceux qui sont familiers avec le courant n’auront pas besoin d’explication; pour les autres, voici le résumé de la musique que fait Balladur et les adhérents au courant. La musique est souvent lourde, les fréquences relativement basses (la guitare basse est très présente), et il y a une certaine dose de synthétiseurs. La voix n’est pas particulièrement mélodique; elle est même assez morne par moment. Et les chansons sont rarement très rapides. Cette description correspond parfaitement au son de Balladur. L’avertissement est donc important à faire : ce n’est pas un album à écouter en boucle si vous voulez aller mieux dans votre vie. Au moins, il y a quelque chose dans l’énergie qui le rend heureusement moins déprimant que le premier album de Joy Division, Unknown Pleasures, ce qui est un bon point.

Balladur a aussi la particularité de contenir une pièce en intro et en extro, stratégiquement appelées Cold City I et Cold City II. Elles sont instrumentales, et les synthés prennent beaucoup de place. Mais elles servent à instaurer l’ambiance de façon claire. Les deux pièces sont très similaires dans les sonorités, mais Cold City II est presque 4 fois plus longue; elle restera beaucoup plus en tête en clôturant l’album.

Bref, ce EP de Balladur rend très bien hommage au coldwave, y émulant assez bien le style. Il y a tout de même un petit quelque chose qui le rend moins «froid» que les groupes des années soixante-dix et quatre-vingts. Donc sans offrir de révolution dans le domaine, l’album Balladur rend le genre légèrement plus écoutable pour les oreilles moins faites pour ce style. C’est une bonne chose pour le grand public, mais probablement une moins bonne pour les puristes.

L’album est disponible pour écoute sur la page BandCamp du groupe.

À écouter : A Life Like This, Time is a Killing Machine, Cold City II

6,2/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s