Distant Worlds: Music From Final Fantasy – Distant Worlds

Distant Worlds ISorti le 4 décembre 2007

Les fans de la franchise Final Fantasy (et surtout de sa musique) ont de quoi se réjouir : un orchestre se spécialise uniquement dans l’interprétation de ces musiques et offre non seulement des prestations partout à travers le monde, mais aussi endisque certaines de leurs plus fameuses pièces. Le projet porte le nom de Distant Worlds et voici le survol de son premier tome, Music From Final Fantasy.

La musique peut toucher toute personne qui a un intérêt pour la musique majestueuse et bien orchestrée. Mais le public cible est très clairement les amateurs de la musique de Final Fantasy. Non seulement la musique peut donner des frissons, en plus elle éveillera des souvenirs aux nostalgiques. Les morceaux sont tirés de plusieurs opus de la série, mais il y a une tendance entre les volets VII et IX (ce qui se justifie, étant parmi les plus populaires de la série).

L’album démarre en force avec l’introduction de Final Fantasy VII, Opening – Bombing Mission. Puis l’intro de Final Fantasy VIII, Liberi Fatali. Ces pièces sont orchestrées à la perfection, recréant et améliorant les arrangements originaux qu’on entendait dans les jeux. S’ensuit une interprétation très sentie de Aerith’s Theme, une des œuvres les plus émotives de FFVII. Mais la véritable surprise de ce premier tiers d’album est Fisherman’s Horizon, une musique pourtant assez mineure dans le huitième opus, mais qui est orchestrée de façon tellement touchante qu’elle semble infiniment plus épique.

Après une version orchestrale de la musique de combat de FFVIII, Don’t Be Afraid, on passe à Memoro de la Stono: Distant Worlds de Final Fantasy XI, qui offre des énergies très variées en plus de 8 minutes. Belle interprétation ici. Ensuite, le Medley 2002 touche aux musiques de Final Fantasy I à III. Voilà qui plaira à ceux qui ont préféré les premiers opus, mais c’est une partie bien minoritaire de cet album. Le Theme of Love (FFIV) et Vamo’ Alla Flamenco prennent ensuite le relai, apportant une touche différente.

La fin de l’album se fait assez épique aussi, à sa manière. Le fameux opéra de FFVI, Opera: Maria and Draco y est interprété ici en anglais, de façon intégrale. Puis, une version jazzy de la musique des chocobos, appelée Swing de Chocobo. Et, il aurait impossible de finir cet album avec autre chose que la musique la plus puissante de Final Fantasy VII, One-Winged Angel. Les fans ne seront pas déçus.

Cette première compilation des musiques interprétées par l’orchestre de Distant Worlds ravira à la plupart des fans, sauf s’il n’ont pas accroché sur les volets qui sont les plus représentés. Reste que les performances sont impeccables et envoutantes. Quelques pièces, plus audacieuses poussent l’expérience encore plus loin, mais en général on reste dans un terrain connu. C’est généralement épique, ça s’écoute bien, et ça fait du bien.

À écouter : Fisherman’s Horizon, Swing de Chocobo, One Winged-Angel

7,5/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s