Ela – Dom La Nena

Dom La Nena ElaSorti le 15 janvier 2013

La jeune chanteuse et violoncelliste brésilienne Dom La Nena a collaboré avec le britannique Piers Faccini pour produire son premier album, intitulé Ela. Essentiellement en portugais, la voix, plutôt aérienne et aigüe, est bien entourée par les arrangements assez folkloriques mais très solides. Certaines pistes ont une énergie plus bossa nova, mais quoi de plus justifié venant d’une artiste d’origine brésilienne?

L’album démarre tout en douceur avec Anjo Gabriel. Lente, un peu lyrique. La progression d’accord et la mélodie peut rappeler très vaguement la chanson Step de Vampire Weekend. Pourtant on est dans un tout autre registre.

No Meu País, puis O Vento, qui suivent, restent dans la douceur, mais avec un côté plus serein. O Vento crée tout de même une ambiance légèrement fantomatique dans les refrains, notamment avec l’ajout des cordes. Ce type d’énergie revient aussi dans des chansons comme Dessa Vez, où elle chante avec Piers Faccini. Les voix se font particulièrement efficaces sur les titres Menina Dos Olhos Azuis ou encore Canção Boba.

Conto de Fadas offre un arrangement très beau et très simple (piano, cordes et voix bien sûr). C’est plutôt lyrique, mais c’est fort bien joué. Plus tendue musicalement, la chanson-titre Ela ne retiendra probablement pas autant l’attention.

Le côté musique du monde de Dom La Nena s’entend surtout sur Batuque et sur Sambinha. Cela ajoute quelque chose de plus joyeux, ce qui change des premières pistes, mais cela s’écoute aussi plutôt bien.

Il se pourrait que la chanson Buenos Aires vous dise quelque chose. Les chances sont très faibles pour que vous l’ayez véritablement entendue, mais plutôt que vous reconnaissiez la progression harmonique du fameux Canon de Pachelbel. Cela n’en fait pas moins une chanson assez efficace et accrocheuse.

Parlons de la fin de l’album : Você, avant-dernière chanson de Ela, rentre au poste tout en restant légère. C’est parmi les plus énergiques de l’opus. Saudade finit enfin l’album, de la même façon qu’il a commencé; avec une douceur dont Dom La Nena a le secret.

Si l’artiste n’était pas d’origine brésilienne, son album pourrait, jusqu’à un certain point, être classé comme étant du indie-folk. Une période d’adaptation peut être requise pour s’habituer pas seulement à sa voix mais surtout à son accent. Les attraits principaux de cet opus sont 1) les performances vocales, surtout lorsqu’ils y a des coussins vocaux (et il y en a beaucoup de très beaux) et 2) les arrangements simples mais touchants sur la plupart des compositions. Dom La Nena est une jeune artiste qui a su puiser de nombreuses influences pour offrir un album comme celui-ci.

Il est possible d’écouter son album ainsi que le reste de son œuvre sur sa page BandCamp.

À écouter : O Vento, Conto de Fadas, Canção Boba

7,6/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s