Torches – Foster the People

torches foster the peopleSorti le 23 mai 2011

Le indie a la cote des dernières années et plusieurs artistes ont connu un succès instantané grâce à leurs compositions fortes et originales. Un bon exemple d’un band qui a réussi tout de suite à se faire un nom, c’est Foster the People, qui fait dans le indie-pop. Même si au début on se demandait si c’était un nouvel album de MGMT. Certains ont même été jusqu’à qualifier Mark Foster, le chanteur du groupe, d’un nouveau Freddie Mercury (le chanteur iconique de Queen). Sans aller jusque là, admettons que le premier album de ce groupe, Torches, frappe dans le mille.

Il semble que la recette qu’emprunte Foster the People est très efficace : des rythmes simples à remémorer, des voix aigües mais très mélodiques, une pincée de synthés… Musicalement, c’est aussi simple que ça! Pourtant…

Helena Beat, qui démarre l’album, ne vous fera sourciller qu’à la première écoute. Après l’intro de drum et de synthé, on a droit à une chanson entraînante où il est difficile de ne pas vouloir danser un peu ou, au moins, bouger un peu la tête. La musique n’a pourtant rien de complexe. Quelques pads de synthé, un drum stable, quelques hand claps… Rien de sorcier ici, mais c’est l’ensemble qui vient vous chercher dans les tripes. Même la voix, qui pourrait être considérée désagréable dans bien des contextes, convient parfaitement au contexte musical de Helena Beat. Bref, l’album commence déjà en force.

Mais c’est loin d’être fini, puisque le gros hit de Foster the People arrive immédiatement après. Pumped Up Kicks, minimaliste à souhait (basse, batterie discrète et voix pour l’ensemble de la chanson), en est désarmante à quel point elle est simple, musicalement du moins. C’est la voix qui a le lead et elle a un sens du rythme incroyablement efficace. Ajoutons à ça une passe sifflée. Impossible de résister.

Après, les bonnes chansons se succèdent. Call It What You Want (aux sonorités rappelant un peu l’énergie disco, en version indie), Colors On the Wall (Don’t Stop), Waste, I Would Do Anything For You (un build-up impeccable de l’énergie sur toute la durée de la chanson), Houdini suivi de Hustling (Life on the Nickel), Miss You (mélangeant des sons plus agressifs à la batterie à des coussins très doux au synthé) et finalement, Warrant (avec un intro digne d’une chorale religieuse). Et certaines de ces chansons ne sont pas bonnes; elles sont excellentes!

Le jeu de mots ne peut se faire qu’en français québécois : Torches est un album qui «torche». Surtout pour un premier opus du groupe. Il n’aurait manqué qu’un tout petit peu de polissage pour en arriver à un album parfait. Le band a aussi une énorme pression : il bénéficie de l’effet du premier album. Après, nous verrons s’il arrive à se réinventer et à pousser son art plus loin.

À écouter : Helena Beat, Pumped Up Kicks, Miss You

*Mais sérieusement, l’album au complet est bon.

8,4/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s