The World from the Side of the Moon – Phillip Phillips

phillip-phillips-the-world-from-the-side-of-the-moonSorti le 19 novembre 2012

Le chanteur a connu un succès rapide grâce à sa victoire à American Idol en 2012. Cela l’a amené à faire son premier album, intitulé The World from the Side of the Moon. Le gagnant a notamment eu droit au single Home qui a confirmé sa popularité instantanée.

La première chanson de l’album, Man on the Moon, laisse croire que c’est la pièce phare. Ce n’est pas exactement le cas. Cette œuvre plutôt pop-country est intéressante dans l’instrumentation (avec des violons, qui reviendront souvent dans l’opus, et même du saxophone), mais elle n’accroche pas plus que ça. Juste après, il revient à l’assaut avec Home. Mais qu’est-ce que cette chanson a bien à offrir? La musique rappelle vaguement le style folk-rock à la Mumford & Sons sur son deuxième album), avec un refrain plus proche du style de Coldplay. Le tout avec une mélodie solide et accrocheuse.

Vient ensuite l’autre gros single de l’album, Gone, Gone, Gone. Celle-ci assume son côté plus pop du folk. Petit bémol dans les paroles : il est mention de béquilles (crutch), mais auditivement, ça sonne exactement comme entre-jambe (crotch). Comme il parle de parties du corps dans ce passage, la confusion est très justifiée. Bref.

Après, on navigue entre le country, le folk, revenant toujours à la pop (surtout dans les refrains) et effleurant aussi un peu le rock. Mentions honorables à la passe avec la chorale dans Tell Me a Story et à l’efficacité du rock dans Drive Me (la musique suffit à justifier ce titre). Par contre, Where We Came From ne s’assume pas bien; la chanson présente un «faux» folk, et laisse clairement plus la place à une énergie pop. Ça ne sonne pourtant pas mal du tout.

La chanson Wanted is Love, quant à elle, a la particularité d’être la principale chanson lente de l’album. La ballade est émotive, pop à souhait et les violons sont impeccables pour ajouter à l’ambiance. Cette chanson fait du bien à l’approche de la fin de l’opus. Et si Home semble être inspiré de Mumford & Sons, A Fool’s Dance l’est encore plus.

Pour un premier opus d’artiste, c’est un départ de feu. Par contre, pour un album d’un participant à American Idol, il aurait été nécessaire de clarifier son style tout de suite et non naviguer entre le folk-country et la pop. Attendons donc un deuxième album avant de vraiment pouvoir coller un style sur le nom de Phillip Phillips.

À écouter : Home, Tell me a Story, Wanted is Love

7,6/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s