Autorail – Black Givre

Black Givre AutorailSorti le 8 novembre 2013

Black Givre est le nom du projet expérimental en solo du batteur Samuel Bobony. C’est lui, son drum, et console et son imagination! Le premier EP du projet, Autorail, reflète la direction qu’il a décidé de donner à sa musique. Une direction sombre, qui déstabilise et qui dérange l’oreille.

L’album est très bref, environ 19 minutes, et présente six pièces plus intenses les unes que les autres. Les sons électroniques instaurent généralement l’ambiance de base, puis la batterie entre en jeu. C’est agressif et particulièrement intense, notamment dans Skyscraper et Autorail. Même les oreilles musicales auront de la difficulté à suivre les mesures de l’artiste.

Deux compos contiennent des paroles : Hyperthermie, où on entend un début d’instructions pour un entraînement quelconque. Ce n’est d’ailleurs pas long avec que la situation dégénère et que la batterie se lance dans une improvisation tantôt vraisemblablement aléatoire, tantôt très groovy. L’autre est Rasoir d’Ockam; on a droit à un featuring de Hazy Montagne Mystique et des mots brouillés dans le mix.

Plus intéressant que l’album en tant que tel, le concept derrière la création des œuvres mérite bien un paragraphe : la console crée des sons de façon elle-même relativement aléatoire, ce qui fait en sorte que le drummer n’a d’autre choix que de se laisser guider par son instinct sur chacune des pistes. D’ailleurs, en spectacle, l’aléatoire a toujours lieu, ce qui veut dire que les pièces entendues sur le EP ne seront jamais rejouées de la même façon. Cela permet donc à Black Givre de s’adapter et d’offrir une performance unique à chaque fois.

La musique est pleine d’audace, mais vous comprendrez que peu de contextes se prêtent à l’écoute d’un style aussi expérimental que celui-ci. Cet enregistrement s’adresse donc avant tout aux amateurs de tout ce qui dérange un peu. Entendre Black Givre sur album est quelque chose, mais assister à une prestation risque d’être encore plus surprenant à entendre.

Il vous est possible d’écouter et de vous procurer son album sur sa page BandCamp.

À écouter : À brûle-pourpoint, Cheval de Przewalski, Hyperthermie

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s