Little Secret – Nikki Yanofsky

nikki-yanofsky little secretSorti le 6 mai 2014

Cela faisait plusieurs années que la jeune chanteuse jazz Nikki Yanofsky n’avait pas sorti de nouvel album. En fait, on n’avait eu droit qu’à un album en 2010, alors qu’elle était âgée de 16 ans à peine. Maintenant, petite Nikki est devenue une femme, pleine d’assurance et d’énergie. Son nouvel opus, Little Secret, montre où la Montréalaise en est dans son parcours. Vocalement, elle nous amène dans un registre très soul, voire pop à l’occasion.

Après un «Ladies and gentlemen» bien senti, la première chanson (Something New) débute, mettant immédiatement en valeur la voix de la chanteuse. Énergique, avec une une instrumentation simple mais efficace en arrière. Certaines parties de cette chanson rappelleront probablement le thème d’Austin Powers. Avec raison, puisque des extraits de Soul Bossa Nova de Quincy Jones (qui a composé cette musique qui est devenue le célèbre thème) se retrouvent bel et bien dans Something New! Référence subtile mais qui fera quand même sourire lorsque vous la reconnaissez.

Une chanson qui devrait retenir votre attention est Waiting on the Sun. Une ballade pop comme il devrait y en avoir plus. Une belle ligne vocale, des paroles efficaces où le mot «love» n’est pas utilisé, et bien sûr l’instrumentation jazzy qui n’est pas délaissée. Un petit bijou en simplicité pour les oreilles. Autre titre à surveiller : Necessary Evil, présenté comme un remix de la chanson Parce que tu crois de Charles Aznavour, mais le changement est tellement drastique qu’il est difficile de faire le lien instinctivement entre les deux chansons.

Nikki Yanofsky démontre aussi son talent pour le scat, qu’elle présente dans une bonne partie de ses chansons, dont Blessed With your Curse, Jeepers Creepers 2.0, You Mean the World to Me ou Knock Knock. Elle le fait tout naturellement et n’essaie pas d’épater la galerie; c’est juste parfait comme interprétation, quoique utilisé très souvent, ce qui dilue quelque peu son effet.

Les deux dernières chansons de l’opus sont aussi mémorables pour leur mélodies accrocheuses et leur rythme. Bang, par exemple, tombe dans un registre lent mais cette «lourdeur» dans le refrain participe à son efficacité. Au contraire, Kaboom Pow vous frappera par son énergie contagieuse. La chanson permet aussi de boucler la boucle en beauté, finissant l’album avec force.

Bref, la jeune Nikki Yanofsky a pris un envol très important en assumant ce côté, plus mature vocalement, mais aussi très accessible musicalement. Le drum est presque toujours près du hip-hop mais n’enlève rien à la musicalité des autres instruments créant un style oscillant surtout entre la soul et la pop jazzée. À l’approche de l’été, l’album apportera une belle vibe, avec une fraîcheur qui demeure, malgré tout, familière. L’artiste a du talent (on n’apprend rien ici), mais elle arrive à montrer sa maturité et sa capacité à s’approprier des compositions d’autrui comme si c’était les siennes.

À écouter : Waiting on the Sun, Bang, Kaboom Pow

8,2/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s