EP – Simon Kearney

Simon Kearney EPSorti le 22 octobre 2013

Le nom du jeune Simon Kearney n’est pas encore extrêmement connu, mais ce n’est probablement qu’une question de temps, puisque des gens comme Antoine Gratton ont remarqué le talent de l’auteur-compositeur-interprète de Québec. Cela l’a amené à produire un petit EP de quatre chansons en 2013.

Le EP est très bref (une douzaine de minutes), mais c’est amplement pour donner un aperçu très clair de l’étendue du talent du jeune, qui n’était même pas encore à l’âge adulte en sortant l’album.

Laisse-moi pas tomber démarre ce mini-album sur un ton qui n’est pas sans rappeler le style blues-rock des Black Keys. Musicalement, la vibe est solide et la guitare de Simon Kearney l’est encore plus. L’élément le moins peaufiné est probablement les paroles, mais on se laissera surtout impressionner par son agilité à la guitare.

La seconde piste est Fais-moi mal, seule chanson dont les paroles ont été co-écrites avec Antoine Gratton. Cette co-écriture semble apporter une maturité supplémentaire dans le texte, présentant un sujet plutôt «18 ans et plus». Le jeune Simon Kearney s’en sort pourtant avec naturel dans l’interprétation, autant dans les paroles que la musique.

Dans la même affaire vient ensuite, et on ralentit un peu la cadence pour quelque chose de légèrement plus lourd dans l’énergie. Probablement la piste la moins mémorable de ce EP, elle reste intéressante en apportant quelque chose de différent par rapport aux deux premières.

Déjà, on arrive à la dernière pièce de ce trop bref opus, qui nous amène aussi ailleurs, dans un registre complètement différent. Simon Kearney délaisse son band pour se retrouver seul avec sa guitare sur Chemins en gravelle. Toute douce, lente, acoustique pendant les premiers instants, un build-up sournois permet aux musiciens de Kearney de s’ajouter subtilement sans qu’on s’en rende vraiment compte, afin d’offrir une finale toujours douce, mais plus chargée que juste guitare-voix. Et n’oublions pas le refrain, qui se contente de répéter une brève mélodie sans paroles, toute simple mais bien efficace. Le EP finit sur une très bonne note, et on veut en avoir plus!

Le jeune ne manque vraiment pas de talent et il semble déjà bien entouré. Il ne demande qu’à être découvert par plus de gens – et il mérite amplement d’être découvert si vous appréciez le rock franco avec une bonne groove. Nous avons bien hâte de voir ce qu’il nous réserve pour l’avenir sur album; peut-être arrivera-t-il à peaufiner et donner plus de maturité à son écriture, mais déjà sa composition est assez solide pour qu’on n’ait pas peur pour la suite. Un jeune talent à surveiller de près.

À écouter : Fais-moi mal, Chemins en gravelle

7,8/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s