The Death Card – Sworn In

Sworn In Death CardSorti le 20 août 2013

Sworn In aura le même travail à Heavy Montreal le dimanche (10 août) que Kublai Khan le samedi : démarrer une grosse journée au Parc Jean-Drapeau avec du metalcore bien lourd. Les deux groupes se ressemblent passablement. La plus grosse différence entre les deux groupes est que Sworn In compose des chansons plus longues que Kublai Khan. Ils me rappellent aussi pas mal plus Meshuggah. La deuxième moitié de la chanson Hypocrisy me rappelle beaucoup I Am Colossus, issu du dernier album du groupe suédois.

Bref, fini Kublai Khan, concentrons-nous sur Sworn In. Un album intéressant, car il dégage une atmosphère d’épouvante. On dirait presque la bande sonore d’un film d’horreur emo-gore. La production est irréprochable. Tous les instruments sont perceptibles et, lorsque écoutées en bonne qualité, les chansons sonnent comme une tonne de brique.

Une autre qualité de cet album est le fait que chaque chanson est liée d’une façon ou d’une autre, soit par une intro/interlude, soit par un effet sonore quelconque. Ça rend l’écoute très fluide et cohérente.

Cependant, l’album n’a pas que des qualités. La chanson Dead Soul change de vitesse de façon peu subtile et désagréable. Certaines chansons n’ont pas tant leur raison d’être comme Deadpan, qui ne se démarque pas en plus de ne pas présenter la meilleure performance vocale de Tyler Dennen. En fait, cette chanson ressemble plus à un medley de plusieurs extraits de chansons collés ensemble. Les paroles sont aussi très emo suicidaires (veuillez m’excuser de perpétrer un cliché, mais je n’ai pas d’image plus proche de mon impression) avec une utilisation excessive du mot «fuck» et de lignes ayant pour thème le désir de quitter un monde pourri.

Un chanteur me laisse indifférent s’il :

  1. ne chante que d’une seule façon/d’une même note une majorité de l’album
  2. ne sait pas chanter, mais parfois fait semblant, rendant le passage désagréable et
  3. ne nous aide pas à comprendre les paroles.

Tyler Dennen respecte tous ces critères. Rien à rajouter.

Ainsi, on obtient un album au son impeccable, mais avec un certain manque d’inspiration. On dirait que certaines chansons, comme Three Cheers, sont brutales juste pour être brutales et on n’en voit pas tant le but. Sinon, plutôt répétitif, que je recommanderais uniquement aux fans du genre.

À écouter : Hypocrisy, Mindless, A Song For the Nameless

6,8/10

Par Sacha Dürig

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s