Our Endless War – Whitechapel

Whitechapel-Our-Endless-WarSorti le 29 avril 2014

Un groupe qui porte le nom du quartier le plus tristement célèbre de Londres, c’est très… hardcore. En fait, Whitechapel fait du deathcore. Bref, sans plus d’explications, lançons-nous dans Our Endless War, son dernier opus.

J’ai beaucoup aimé l’intro, Rise. Faut dire que j’aime bien tout ce qui est marching band et dans Rise on retrouve plusieurs de ces éléments. On enchaine tout de suite avec la chanson-titre, Our Endless War. Bien hard, bien agressive, dans le style du groupe, avec des références intéressantes à l’intro. Un bon début en somme. De plus, le chanteur est quand même intelligible, même si j’ai l’impression d’entendre un Uruk-Hai avant la bataille du Gouffre de Helm.

The Saw Is the Law est plus lente, mais tout aussi agressive. Ce qui est intéressant avec cet album est sa variété rythmique. On passe aisément d’une chanson lente, comme The Saw Is the Law à une chanson plus rapide, comme Mono, puis de nouveau à une chanson plus lente comme Let Me Burn. Là où la variété manque, c’est au niveau mélodique. Je sais que les genres extrêmes ne sont pas friands de mélodie, mais les riffs, aussi brutaux et agressifs qu’ils soient, se ressemblent tous et l’absence de passages plus mélodiques ou même le manque de solos de guitares rendent le tout plus lourd, en bien ou en mal, ça dépend de la personne.

Worship the Digital Age me semble être la chanson la moins pertinente de l’album. Du hardcore trop basique, des riffs trop génériques et en même temps l’une des chansons les plus mélodiques de l’album. Mélodique dans le registre deathcore bien sûr. Ces notes n’ont tout simplement pas rapport avec le reste. How Times Have Changed souffre du même problème, mais avec un petit bonus : elle a été bizarrement mixée de sorte qu’on ne sait pas où donner de la tête par moments tellement ça devient n’importe quoi!

L’intro de Psychopathy est quand même cool, car elle met en place une ambiance glauque, malsaine. Puis suit le reste de la chanson. Celle-ci sonne plus death metal que les autres, mais uniquement à cause d’une présence marquée de blast beats. Autrement, rien de vraiment intéressant, sauf le retour de l’atmosphère glauque par moments et le solo de guitare.

Sur Blacked Out, on note la seule variation vocale du chanteur, qui passe de son style habituel à quelque chose de plus screamo. On sent des influences du black metal dans cette chanson, plus que du death metal.

Diggs Road est probablement la meilleure chanson de l’album. Une clôture différente, avec beaucoup de mélodies, une atmosphère intéressante, le plus beau solo de guitare de l’album. On dirait que le groupe a pris le meilleur des autres chansons de leur album et en ont fait la seule chanson que je réécouterais de l’album.

À écouter : Rise/Our Endless War, Blacked Out, Diggs Road

5/10

Par Sacha Dürig

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s