Windows and Stones – The Mandevilles

MANDEVILLES_cover_FINALSorti le 15 septembre 2014

Ce band ontarien fait dans un registre rock à forte influence country. La chanteuse Serena Pryne, de sa voix éraillée, et ses quatre partenaires, arrivent plutôt bien à marier les deux styles sans nécessairement tomber dans le rock-country à l’américaine. Voici ce que je retiens de ce nouvel album des Mandevilles, intitulé Windows dans Stones.

Dès la première seconde, on instaure un rythme énergique et accrocheur sur Hangovers. La chanson a une tendance visiblement commerciale (remarquez, comme presque toute chanson qui parle de lendemains de veille), mais c’est heureusement un peu plus subtil sur les autres pistes, comme sur Runaway.

L’intro a capella de I Stole Your Band manque de volume au mixage, et si l’énergie de la chanson est intéressante, le refrain me semble moins accrocheur que le reste. Selon moi, une piste plus faible de l’opus.

La première ballade de l’album est Don’t Ask. Une chanson lente mais solide, avec une voix émotive et rauque à souhait, que demander de plus? Cela nous amène ensuite à Windows and Stones, pièce-titre de l’album. Cette fois, c’est le drum au début qui manque un peu de volume. Sinon, la chanson mélange bien les grooves lentes et discrètes, elles celles plus rock et énergiques. Le fait qu’elle représente bien ces deux énergies présentes sur l’album justifie bien qu’elle lui donne son nom.

Après quelques pistes rock-americana, une chanson a attiré mon attention : Love Is Like a Stranger. Une autre piste un peu plus lente (quoique tout de même énergique par moments), mais tellement poignante. En plus, la guitare complimente bien la voix de la chanteuse. The One va encore plus loin dans le concept de chanson triste, quoi qu’elle restera un peu moins en tête.

La 10e et dernière chanson, One Man Band, est probablement la plus country de tout le lot. Au menu, banjo et violon au premier plan. Une fin qui équilibre un peu le tout avec les premières chansons plus mainstream de l’opus.

Cela donne 40 minutes de musique qui passent, somme toute, assez rapidement. On croit sentir des influences nombreuses, comme peut-être Shania Twain sur certaines pistes. Au niveau musical, la principale faiblesse est le mixage de certains instruments, que j’ai soulevé plus haut. Note importante : même si le band se décrit comme rock’n’roll avant tout, les influences country et americana sont trop fortes pour qu’on les néglige. Il faut donc savoir apprécier ce style musical pour pouvoir pleinement savourer les chansons de l’album Windows and Stones.

À écouter : Don’t Ask, Windows and Stones, Love Is Like a Stranger

7,4/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s