Jazzy Christmas – Paolo Fresu

Paolo Fresu jazzy christmasSorti le 11 novembre 2014

Dans la série des albums de Noël de 2014, Paolo Fresu et son quintette ont offert une version smooth jazz et feutrée des classiques des Fêtes. Pour l’occasion, le bandonéoniste Daniele di Bonaventura s’ajoute au groupe.

L’album est enregistré en live, alors attendez-vous à entendre des applaudissements entre les pièces, mais celles-ci sont bien enregistrées et réalisées avec brio par les six musiciens. Les autres membres du groupe sont Tino Tracanna aux saxophones, Roberto Cipelli au piano, Attilio Zanchi à la contrebasse et Ettore Fioravanti à la batterie.

Cet album renferme plusieurs classiques bien connus, dont White Christmas qui débute solidement Jazzy Christmas. Ambiance douce, solos sympathiques qui rappellent qu’on a bien affaire à du jazz, sans y aller dans la pleine intensité. I’ll Be Home For Christmas poursuit dans la même lignée, mais cette fois le bandonéon semble occuper un peu plus d’espace, ce qui n’est pas mal du tout si vous appréciez cette sonorité qu’on n’entend pas aussi souvent dans le jazz.

On a aussi droit à une version légère et sautillante de Joy to the World, loin des versions souvent pompeuses qu’on entend à la radio. Et il y la sensualité instrumentale sur Have Yourself a Merry Little Christmas, où Paolo Fresu n’oublie pas sa sourdine, avec la petite finale au piano, qui dessinera plus d’un sourire sur le visage de ceux qui écoutent. Et chapeau à la version non cheesy de The Christmas Song (Chestnuts Roasting on a Open Fire). La plus longue piste de l’opus, O Little Town of Bethlehem, offre différentes énergies à travers la pièce, dont certaines très réussies.

Dans le registre des pièces moins connues, il y a In Sa Notte Profundha, tiré vraisemblablement du répertoire italien. Elle évoque plus la sensualité que Noël, mais c’est tout de même un titre rafraîchissant. Notte de Chelu est aussi intéressante, malgré le bandonéon un peu trop nerveux en milieu de pièce.

Pour conclure l’album, on a droit à une version toujours aussi solennelle d’Adeste Fideles, histoire de finir le tout en grand.

Les forces de l’album sont le fait qu’il est doux et instrumental, ce qui nous laisse respirer des chants habituels qui occupent beaucoup d’espace. Quelques titres moins connus ajoutent aussi de la variété à l’enregistrement. On a aussi droit à des sonorités moins communes, dont le bandonéon. Les côtés moins intéressants sont les applaudissements (on aurait préféré une version studio), et le fait que malgré la diversité, un album de Noël se retrouve en grande partie avec les mêmes titres. Au moins ceux-ci sont bien interprétés. Cela donne un album de jazz léger et facile à écouter en arrière-plan. Même si plusieurs version intéressantes sont enregistrées ici, il est peu probable que cet album passe à l’histoire, tellement les opus de jazz de Noël pullulent. Dommage!

À écouter : Joy to the World, The Christmas Song (Chestnuts Roasting on a Open Fire), Adeste Fideles

7,8/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s