2014 : Top 5 d’Olivier

top-5Par Olivier Dénommée

Année occupée pour moi en 2014, j’ai écouté beaucoup plus de musique locale qu’auparavant, et un peu moins les «gros noms» de la musique, qui ont d’ailleurs pour la plupart assez décevantes de toute façon. Et j’ai aussi fait de nombreuses découvertes. Ma liste, à l’origine, faisait pas loin d’une vingtaine d’albums coup de cœur. Après mûre réflexion, voici ce que je retiens du meilleur de 2014.

You and me Rose ave5 : Rose ave. – You + Me

J’ai toujours eu un petit faible pour le folk guitare-voix mélodique, et aussi pour les voix homme-femme. Et il s’adonne qu’Alicia Moore (alias P!nk) et Dallas Green (City and Colour, ex-Alexisonfire) nous donnent exactement cela. Je crois que l’album gagne des points parce que je découvre un côté folk à P!nk, qui nous a habitués à une musique plus pop et plus chargée. Ici, juste de la guitare, des voix, un peu de percussions… On va à l’essence et ça marche parfaitement ici. Chapeau aussi à la version de No Ordinary Love (de Sade), seul cover de l’opus. En espérant les entendre ensemble de nouveau dans l’avenir.

***

Child of Light4 : Child of Light – Cœur de Pirate

On connaît à peu près tous le style musicale de Béatrice Martin, alias Cœur de Pirate, mais peu réalisent son talent caché. C’est Ubisoft qui lui a donné l’occasion de se lancer dans la composition d’une musique ambiante et orchestrale beaucoup plus proche de celle qu’on entend dans les jeux japonais. Le fan des trames de jeux japonais en moi est tombé en amour avec ce qu’elle a fait pour le jeu Child of Light, nous rappelant que Cœur de Pirate, c’est beaucoup plus qu’une voix (un peu trop aiguë). Oh, et même pas besoin d’avoir joué au jeu pour apprécier l’atmosphère créée par la bande sonore, disponible sur album.

***

Willows Willows3 : Willows – Willows

Énorme découverte pour moi en 2014, même si l’artiste avait déjà deux albums à son actif. En fait, l’auteure-compositrice-interprète Geneviève Toupin, originaire du Manitoba, venait tout juste de changer de nom pour Willows, offrant un habile album principalement français, avec des bouts en anglais. Ce qui est un tour de force, car il est facile de tomber dans le cheesy en jouant entre les langues. Son folk-rock léger est d’une efficacité redoutable et sa chanson Entends-tu reste, selon moi, une des chansons les plus entraînantes que j’aurai pu entendre durant l’année. Un petit bijou malheureusement trop peu connu.

***

Animals-As-Leaders-The-Joy-of-Motion2 : The Joy of Motion – Animals as Leaders

Dès que j’ai entendu l’album pour la première fois, je savais qu’il apparaîtrait dans mon top de l’année. Peu d’albums métal m’ont autant marqué que celui-ci en 2014. Tout ce que j’aime du style y est : pas de chants inutiles (c’est-à-dire, aucun), un mix où on peut entendre et apprécier chaque note de chaque instrument, et bien sûr une technique irréprochable. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent que cette musique semble jouée par des robots. Au contraire, cette précision chirurgicale est à donner des frissons; le batteur en moi salive en entendant chaque coup donné sur les drums. Un album métal solide qui a le mérite de ne pas vous rendre agressif.

***

Angele Dubeau Blanc1 : Blanc – Angèle Dubeau

On oublie trop souvent les sorties en début d’année! L’album Blanc d’Angèle Dubeau et La Pietà n’en est pas moins exceptionnel. Depuis quelles années, elle offre des albums thématiques très réussis (avec un petit coup de cœur perso à Musique de jeux vidéo), mais celui-ci transcende les thèmes, mélangeant la musique de films, de jeux, des airs populaires, des œuvres de compositeurs allant jusqu’au Japon, etc. Ce qu’ont en commun ces musiques, c’est l’émotion pure qui en ressort. Blanc se veut un album d’espoir et c’est impossible de ne pas se sentir au moins un peu ébranlé après une écoute complète de l’opus. Surtout lorsque c’est interprété par – mon grand point faible – des violons.

***

Mentions honorables

Ces artistes ne sont pas dans le top 5 (mais aurait certainement été dans mon top 10, sauf que je suis trop lâche pour leur donner un ordre de préférence), mais ont marqué mon année 2014 en musique. J’ai beaucoup apprécié les albums de Adam Karch (Blueprints), Debbie Tebbs (UP!), Guy Bélanger (Blues Turn), Todd Terje (It’s Album Time) et, grande surprise, le rap de Statik Selektah (What Goes Around).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s