Start – Beth McKenna Jazz Orchestra

Beth McKenna StartSorti le 8 janvier 2015

Marchant dans les pas de Christine Jensen (et son big band Christine Jensen Jazz Orchestra qui a remporté un Juno par le passé), la saxophoniste montréalaise Beth McKenna a formé elle aussi son propre ensemble, composé de 18 musiciens prêts à casser la baraque. D’influence plus fusion, le BMJO lance un premier EP, composé entièrement par la chef d’orchestre, et qui dure beaucoup plus que les 20 minutes auxquels on est habitués.

En fait, le terme EP est loin d’être exact, si on tient en compte le fait qu’aucune des quatre pistes ne dure moins de 11 minutes. Cela donne un album d’environ 50 minutes, qui nous fait voyager à travers les différentes énergies d’une même pièce. C’est un pari risqué; il est facile de se perdre en écoutant l’album si on n’est pas assez attentif à ce qui se passe. En revanche, il faut reconnaître que c’est un très bel effort, bien enregistré, qui ne manque pas d’éléments accrocheurs.

Le EP démarre avec sa pièce-titre Start. Et se démarrage se fait tout en douceur, alors que les instruments s’ajoutent un à un, à commencer par le piano en solo pendant quelques secondes. La pièce évolue beaucoup à travers ses 13 minutes et c’est à partir de 2 minutes 45 que le build-up devient le plus évident, avec, peu après, une très belle interaction entre la section rythmique et les vents. On a droit à quelques imposants solos, qui mènent, à la fin, à une chute plus tranquille. La fin aurait pu être raccourcie un peu, mais somme toute, Start donne un très bon avant-goût de ce EP.

Alone, Actor on St. Denis, juste après, joue un peu plus sur les émotions avant une musique tantôt presque berçante, tantôt très tendue. La portion débutant dans les 7 minutes est parmi les plus intéressants, avec la section rythmique qui offre un smooth jazz tout simple pour mieux laisser place aux solos. Le début de Bike est frappant de par sa ressemblance dans les sonorités à la musique du Christine Jensen Jazz Orchestra. Le moment qui retient le plus l’attention sera assurément l’arrivée du solo de guitare électrique.

Un fait est troublant sur Decision for Others : la mélodie au sax qui rappelle Noël c’est l’amour. Outre ce détail, on a droit à une belle dernière pièce assez douce, mais avec quelques montées fort appréciées. Le plus intéressant sera la broderie efficace autour d’une mélodie pourtant terriblement simple.

Bien que ce EP de Beth McKenna n’arrive pas tout à fait à se distancier de ses inspirations, il a une identité qui lui est propre qui se laisse écouter, malgré la longueur des pièces. Le plus grand défaut de l’album, c’est probablement de ne pas assez rendre justice à la section rythmique qui, en show, occupe beaucoup de place et drive l’auditoire. Ici les instruments se font plus discrets, au profit des vents. Ce changement au mixage aurait pu apporter une touche différente à l’album qui sera, souhaitons-le, le premier d’une lignée.

L’album se trouve sur Bandcamp.

À écouter : Start, Decision for Others

7,8/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s