Everest – Girls in Hawaii

girls in hawaii everestSorti le 2 septembre 2013

L’album Everest marque le retour pour le band indie-pop belge Girls in Hawaii, qui était voué à disparaître après le décès du batteur Denis Wielemans en 2010. On sent une pointe de nostalgie et de noirceur dans l’album qui reste, malgré tout, avec une certaine légèreté et avec des influences prises un peu partout.

On démarre sur des sonorités folk mélancoliques sur The Spring. Mais après 3 minutes 30, on passe déjà un peu à autre chose : Misses offre un indie-folk plus chargé et plus chantant.

À partir de We Are the Living, on a complètement change de registre. Avec des voix et une énergie qui rappellent beaucoup No Cars Go de l’album Neon Bible d’Arcade Fire, on y va d’un indie-pop plus entraînant, qui se poursuit sur Changes Will Be Lost.

Switzerland, décrite comme une toune de roadtrip, arrive effectivement à nous faire voyager à sa manière : une pièce beaucoup plus aérienne qui se démarque particulièrement sur l’album Everest. La chanson est suivie de Here I Belong, nostalgique à souhait qui n’est pas sans vaguement rappeler Hate Me de Blue October (en version plus douce et sans son refrain caractéristique).

Not Dead, juste après, se veut plus léger musicalement, avec une fois plus de un petit quelque chose de familier, terriblement efficace au refrain. Mallory’s Heights nous fait ensuite voyager entre les vibes sombres et les plus ensoleillées; cette chanson, la plus longue de l’opus avec ses 6 minutes, ne laissera pas indifférent avec ses nombreux changements. Puis on s’assume de nouveau dans la nostalgie avec Head On. Même s’il y a plusieurs titres qui ont une énergie similaire, celle-ci est particulièrement réussie, malgré le petit solo de synthé juste un peu cheesy. Rorschach revient au indie, abusant au passage des synthés, avant de conclure l’album sur Wars, avec une touche space.

Cet album, le premier depuis le décès du batteur du band, se reconnaît par sa quantité de pièces plus tristes. Ce n’est pas une mauvaise chose, bien que le mélange n’est pas toujours évident entre une chanson nostalgique et une chanson bonbon. C’est là la principale faiblesse de l’album, avec le manque de clarté dans la ligne directice. Ce qui n’enlève rien aux chansons, qui seront intéressantes si vous vous sentez dans un mood léger pour certaines chansons, ou dans un esprit plus introspectif pour les autres.

À écouter : We Are the Living, Not Dead, Head On

7,6/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s