Sans frontière – Pierre-Luc Lessard

Pierre-Luc Lessard Sans FrontièreSorti le 3 février 2015

Jeune auteur-compositeur-interprète, Pierre-Luc Lessard a notamment eu l’occasion de faire ses premières armes dans le band Michigan il y a quelques années. Son projet solo s’assume pleinement dans sa direction pop-folk rêveuse, avec un premier album : Sans frontière. Un petit album bonbon facile d’accès.

Si vous aimez un peu le registre pop, l’album d’une dizaine de titres s’écoute à peu près tout seul.

Pierre-Luc Lessard nous transporte dès les premières secondes avec la souriante chanson Maîtres du présent. Paroles optimistes et rythmes ensoleillés deviennent une des marques de commerce de l’album, qui en dominera une grande partie.

Après L’interlude, une presque suite à Maîtres du présent, on passe à la sucrée chanson L’automne. Au menu : contre-mélodie légère et enfantine, handclaps et refrain accrocheur. On ne se sent pas du tout en automne, mais bien au début de l’été. Recette à peu près similaire sur Le monde entier tournera, avec une instrumentation légèrement plus rock que folk-pop.

Une autre interlude, appelée Poussière d’étoile, change le mood vers quelque chose de plus lent : cela nous amène tout doucement à Ton fantôme, ballade folk fort réussie. S’ensuit une autre pièce pop-folk douce, Sans combat. La ligne de guitare rappelle par moments la chanson L’encre de tes yeux de Francis Cabrel. Vient ensuite Le plus long voyage, où la guitare devient soudainement plus lourde. Elle aurait probablement mieux fait d’être rendue plus discrète au mixage, comme le reste de la chanson reste somme toute assez léger.

En apesanteur nous ramène au soleil. L’élément qui reste le plus en tête est la voix qui va, et reste, dans le registre aigu, ce qui semble peu naturel, surtout par rapport aux autres chansons. Outre ce détail, la mélodie est chantante et le refrain très solide. Musicalement, c’est une toune d’été impeccable avec, en prime, le refrain chanté par un chœur d’enfants vers la fin. Par contre, la fin est un peu trop abrupte… Vient ensuite Mon horizon, chanté en duo avec Caroline Turmel. Une autre pièce fort efficace où les voix vont un travail impeccable. Cela aurait fini l’opus à merveille, mais on cherche à nous surprendre avec une finale sombre et plutôt lourde : Satellite terminera l’opus sur une note particulière, voire dérangeante. En tout cas, ça ne laissera pas indifférent.

Même si Pierre-Luc Lessard n’invente rien sur son album Sans frontière, il exploite avec aisance certains solides éléments de la musique pop-folk. Même si l’opus est très teinté de pop, en particulier dans la ligne vocale, cela reste dans le bon goût. L’album est léger, facile d’écoute, et même les paroles sont cute. Un premier album qui arrive à point pour la St-Valentin.

À écouter : L’automne, Sans combat, Mon horizon

7,7/10

Par Olivier Dénommée

(Modifié le 4 février 2015)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s