Whorrific – Bookakee

BookakeeSorti le 13 décembre 2013

Pour débuter cette traversée de la programmation massive du Rockfest 2015, on a droit à un groupe bien de chez nous, Bookakee. Il s’agit d’un groupe de «Progressive Theatrical Melodic Brutal Gore Death Metal», tel qu’il se décrit sur sa page Facebook.

En lisant brutal death metal, j’ai eu peur de tomber sur un de ces nombreux groupes extrêmes génériques et inintéressant. Ce ne fut absolument pas le cas. À vrai dire, j’ai passé un agréable moment, ce qui est plutôt rare étant donné que je ne suis pas amateur de métal extrême. Mais assez parlé de moi, passons à la musique.

Bien que le groupe reprend les éléments les plus évidents, comme le chanteur qui hurle comme un cochon égorgé ou les blasts beats, il y intègre également beaucoup de mélodies dispersées entre et pendant les moments de brutalité extrême. Même que dans certaines pièces comme Bookakee Blast, on retrouve des passages assez relax, ce qui est paradoxal, car il s’agit de l’une des pièces les plus crues et brutales de l’album.

Parlant de cru et brutal, le vidéoclip pour la tonne de briques Insulated Room, ma chanson préférée de l’opus en passant, témoigne de l’esthétique visuelle du groupe, c’est-à-dire crue, dégueulasse, gore, mais également plutôt théâtrale alors que, pendant que le groupe joue, on voit quelqu’un éventrer une femme enceinte.

Retour à l’album. Deux autres chansons ont retenu mon attention par-dessus tout. La première, DK, est un cover de la chanson thème du jeu Donkey Kong. Un mot : AMAFUCKINGZING. Mon autre coup de cœur va à Muerte Peluda, qui fait un peu western spaghetti meets death metal. Les mélodies, autant sur celles-ci que sur l’album plus globalement, sont exécutées avec justesse et précision et témoignent d’un professionnalisme impeccable de la part des musiciens.

Bref, on peut dire qu’avec sa complexité, son exécution impeccable et sa capacité à être original en évoluant dans un sous-genre qui semble stagner, on peut dire que cet album est un véritable carnage! Et dans le bon sens!

L’album se retrouve sur Bandcamp.

À écouter : Insulated Room, Muerte Peluda, DK

7,7/10

Par Sacha Dürig

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s