Time Has Come – Ukko

ukko-time_has_comeSorti en 2003

Cette intro paraît négative, mais un problème qui frappe souvent les groupes émergents ou peu connus est d’avoir une qualité sonore douteuse sur leurs albums. Malheureusement, Ukko souffre de ce problème, tirant vers le bas mes impressions sur les compositions, qui doivent probablement sonner 1000 fois mieux en live.

Une mauvaise production n’empêche cependant pas d’avoir de bonnes compositions. The Fight Song, première chanson si on exclut l’intro Battlefield, est une bombe! J’ai même l’impression de sentir de légères influences power metal très agréables.

Si on exclut cette chanson et une poignée d’autres, un autre défaut de l’album, ou plutôt du groupe plus généralement, relève de la médiocrité du chanteur. J’ai rarement entendu quelqu’un chanter aussi mal, même s’il s’agit d’un genre qui n’y accorde pas tant d’importance. Ça demeure quand même un facteur négatif.

Retour à la musique. L’influence de The Offspring crève les yeux, même qu’on dirait presque que Time Has Come est une version pâle de Smash.

SexMaster Mike (Answering Machine Adventure) m’a cependant bien fait rire. Probablement le plus agréable moment de l’album avec The Fight Song.

La batterie est solide, sur les temps. La production ne me permet pas de croire que les parties sur la batterie ont été changées drastiquement suite à l’enregistrement, donc point fort malgré son mixage désolant.

Alors que la rapidité et l’efficace exécution de tous les instruments sont flagrantes sur cet album, on peut se demander s’il n’aurait pas pu faire preuve d’une plus grande originalité, d’une plus grande diversité dans ses compositions. En effet, j’ai cru entendre plusieurs variations d’une même chanson, avec des Freakshow, Cold Generation, Not Your Son et autres; ça en devient rapidement lourd.

Bon, il est vrai que les classiques du genre ont sensiblement les mêmes défauts au niveau de la répétitivité, mais le fait que cet album soit sorti longtemps après les pierres angulaires du punk-rock et qu’il n’amène pas grand-chose au genre, en comptant le chant et la production douteuse, on a droit à un album qui passe rapidement inaperçu. Dommage, car j’aime croire que le Québec est une pépinière de groupes originaux. Il faut une exception pour confirmer la règle!

À écouter : The Fight Show, Miss Lochaber Tropic, SexMaster Mike (Answering Machine Adventure)

5,5/10

Par Sacha Dürig

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s