EP – Laurent Thomas

Laurent Thomas EPSorti le 2 mars 2015

Le nom du jeune auteur-compositeur-interprète Laurent Thomas circule de plus en plus dans la scène folk-blues montréalaise. Lui qui a sorti un album, Catharsis, en 2012, revient avec un simple EP après avoir joué quelques dizaines de fois ces dernières années.

Si on compare le son de 2012 avec celui de 2015, la différence est assez évidente : la voix grave du chanteur se veut plus assumée, en plus d’offrir un répertoire uniquement en français. De plus, Montréal, sa ville, semble être une source d’inspiration assez grande, étant citée dans plusieurs de ses nouvelles compositions. Sans oublier les problèmes relationnels, qui occupent les paroles de tout bon chanteur de blues.

Le EP démarre doucement avec Nico, qui traite d’un laissé pour compte survivant dans un quartier défavorisé de la métropole. Laurent Thomas assume un côté mélancolique très lourd. Assez réussi. Sur le même thème, il y a aussi L’oublié, mettant de l’avant une réalité qu’on ne montre pas trop à Montréal : on comprend qu’on parle de l’itinérance, le tout sur une musique pourtant très rythmée et accrocheuse, un peu à la Jean Leloup.

Puis, sans prévenir, Peu importe nous saute dessus avec sa voix la plus grave qu’il peut nous offrir. Le tout avec des percussions légères. S’ensuit Est-ce que tu veux toujours de moi?. Une belle chanson, aussi assez lourde, pleine de questions. Le tout avec un refrain simple mais poignant. La portion la plus efficace de la chanson est eu dernier tiers, avec les voix fantomatiques et la répétition du hook.

Le naufrage, plus chargée musicalement, offre une belle métaphore dans le texte, décrivant une certaine solitude. Ajoutons que le hook avec les «j’ai peur» est assez réussi, terminant l’opus de cinq titres sur cette note particulière.

Entendons-nous, le EP de Laurent Thomas n’est pas un opus à écouter pour se sentir mieux. Les sujets n’ont rien de réjouissant, mais l’artiste sait se les approprier avec brio. C’est un bon retour sur album pour l’artiste montréalais, qui continue sur sa lancée folk-blues avec un ton engagé.

L’album est disponible sur Bandcamp.

À écouter : Nico, L’oublié

7,8/10

Par Olivier Dénommée

(Modifié le 8 avril 2015)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s