CHRONIQUE : Soirée enlevante, gracieuseté du Preservation Hall Jazz Band

PHJBPar Olivier Dénommée

Le Festival de musique de chambre de Montréal (FMCM) et son directeur artistique, Denis Brott, l’ont répété et répété encore : le Preservation Hall Jazz Band, formation de la Nouvelle-Orléans fondée en 1963, se retrouve parmi les plus importants groupes de son genre. Déjà invité par le passé, le PHJB a de nouveau accepté l’invitation du Festival, pour une prestation fort attendue au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts le 2 avril dernier.

Bien que la salle n’était pas tout à fait pleine, notamment au parterre, l’énergie était bonne au Théâtre Maisonneuve. C’est en formation sextuor que le Preservation Hall Jazz Band s’est présenté sur scène : Mark Braud (trompette), Charlie Gabriel (clarinette/saxophone), Ronell Johnson (sousaphone), Joe Lastie Jr. (batterie), Clint Maedgen (saxophone) et Rickie Monie (piano). Bien que six (sur les huit membres officiels), la première pièce, de style New Orleans, a sonné comme si un big band complet jouait à pleins poumons. Ceux qui ne connaissent pas le groupe auront été surpris de voir les saxophonistes et trompettiste quitter leurs instruments pour chanter au micro, le tout avec un grand naturel. Composé de vétérans du jazz et de plus jeunes, le band laissait une place à chaque musicien pour son moment de gloire, même les musiciens de la section rythmique, plus discrets à l’arrière.

Le grand thème de la soirée était sans contredit la Nouvelle-Orléans. Le groupe en est originaire, comme la plupart de ses membres, et le jazz y est né, voilà plus de 100 ans déjà. La thématique s’imposait donc d’elle-même, même si à peu près à chaque chanson, on répétait immanquablement «New Orleans» quelque part. Le vénérable Charlie Gabriel (83 ans) y a chanté sa composition Come With Me to New Orleans avec autant d’aisance qu’un Tony Bennett.

La soirée avait commencé en lion, avec six musiciens qui semblaient chacun une ligne différente. C’était impressionnant, mais difficile à suivre. Heureusement, le PHJB a varié les plaisirs en alternant entre morceaux rythmés et fortement inspirés du jazz New Orleans et des œuvres plus douces, voire des ballades ou du blues. On a aussi laissé le pianiste en solo le temps d’une improvisation, où il a bifurqué dans le classique un instant avant de se retourner vers le public et secouer la tête, puis reprendre où il en était. Les solos ont aussi afflué toute la soirée, mélangeant virtuosité et sens de la mélodie. Le batteur a eu un solo juste avant l’entracte. Mark Braud a commenté qu’ils devaient maintenant prendre une pause parce que «Little Joe est fatigué». Deux secondes plus tard, le batteur de 57 ans s’est mis à danser, nous infirmant cette affirmation et déclenchant le rire de la salle. Car en plus d’être d’excellents musiciens, ils savent être des entertainers.

Au total, la performance aura duré environ une heure et demie, incluant le rappel du plus que classique When the Saints Go Marching In. L’étoile de la soirée? Bien qu’ils n’ait pas offert le plus de solos, le sousaphoniste n’a pas passé une minute du spectacle à ne pas danser en jouant ou à imiter la marche d’un défilé. Avec un instrument aussi lourd sur les épaules (estimé à environ 15 kg) en permanence, ça inspire grandement le respect.

Et s’il faut donner un prix citron, il irait probablement au public qui n’est visiblement pas encore habitué aux temps forts du jazz, soit 2 et 4. Même à deux sur scène à essayer d’indiquer au public quand taper, les gens ont fait à leur tête, surtout à la fin, se contentant des réconfortants 1 et 3. Pour leur défense, c’était dans le cadre d’un festival de musique classique, alors on peut supposer que les spectateurs ne sont pas nécessairement habitués à la réalité du jazz. Reste qu’il y a toujours une éducation à faire, même chez les mélomanes montréalais.

Le prochain concert de la Série Célébrités du Festival de musique de chambre de Montréal se tiendra le samedi 2 mai prochain : il s’agira du réputé Emerson String Quartet. Plus d’information ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s