CHRONIQUE : Lancement montréalais réussi pour Lisanne Tremblay

Lisanne Tremblay lancement (Crédit : Olivier Dénommée)Par Olivier Dénommée

Disponible depuis mi-décembre aux États-Unis, l’album Violinization, le premier de Lisanne la violoniste de jazz Lisanne Tremblay, n’avait pas encore été lancé ici. Elle a invité proches, amis et fans au Upstairs le vendredi 3 avril dernier pour son lancement montréalais.

La soirée s’est déroulée en trois sets. J’ai seulement pu être présent pour le second, mais c’était assez pour donner une idée de ce que le quatuor de la violoniste avait dans le ventre. Elle était entourée, pour l’occasion, de Rafael Zaldivar (piano), de Louis-Vincent Hamel (batterie) et de Adrian Vedady (contrebasse). Deux de ses musiciens étaient différents de ceux qui ont enregistré l’album, mais cela n’a rien enlevé à la performance : tout le monde semblait en contrôle et maîtrisait les pièces.

Au fil de la soirée, on a pu entendre l’essentiel de l’album Violinization; lors du second set, les pièces Change, Corde sensible et Tag ont pu retenir l’attention. La très expérimentale Stellar Coincidence a aussi pu être entendue en fin de set : assez impressionnant d’entendre une telle impro collective en live et de les voir se retrouver sur le même temps à la fin. Surtout il était beau de voir le sourire de la musicienne qui acceptait les applaudissements de ses fans après un solo endiablé (il y a eu quelques exemples de haute voltige à l’instrument!) ou après les pièces. Ses musiciens semblaient aussi partager son plaisir sur scène (surtout le batteur, qui devait particulièrement s’amuser lors de ses improvisations).

Rafael Zaldivar jouant Corde sensible
Rafael Zaldivar jouant Corde sensible

Bien que je considère ce que j’ai pu entendre comme une belle réussite, j’ai trouvé, encore une fois, le public loin d’être exemplaire. Plus le set avançait, moins les gens éprouvaient le besoin de chuchoter pour communiquer. C’est toujours dommage lors d’un événement aussi important que celui-ci. Heureusement, cela n’a pas empêché Lisanne Tremblay de livrer la marchandise, offrant une performance à la hauteur de mes souvenirs, mais aussi solide comme en studio.

Découvert pour ma part il y a un an et demi, le «4tet» de Lisanne Tremblay me semblait déjà prometteur. Je persiste et signe : si vous aimez le jazz et que vous cherchez à entendre quelque chose de différent, l’évolution de ce projet est à suivre de près.

(Crédit photos : Olivier Dénommée)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s