CHRONIQUE : Soirée festive avec Korpiklaani, Ensiferum et Trollfest

Affiche Korpiklaani EnsiferumPar Olivier Dénommée

Même en étant «expatrié» à l’autre bout du pays, je ne pouvais pas rater une occasion d’assister à un show de Korpiklaani, fameux band de folk metal festif qui ne déçoit que très rarement son public. Ce mercredi 13 mai, il était en double tête d’affiche avec Ensiferum, et avec Trollfest en première partie. Alléchant tout ça.

Annoncé pour 20h, le show a vraisemblablement commencé un peu plus tôt, puisqu’à mon arrivée à 19h45, on entendait déjà la musique de l’intérieur du Union Hall, à peu près l’équivalent du Club Soda à Edmonton.

Trollfest

Trollfest, en ouverture, avait cette particularité de jumeler un métal agressif et puissant (aidé par le fait que ce soit un band de sept musiciens) à une musique parfois beaucoup plus légère et comique. L’interprétation de Toxic de Britney Spears est assez évocatrice ainsi qu’une chanson hybride entre le métal et la bossa nova, mais l’attitude générale des musiciens contribuaient aussi grandement à cette ambiance. Le percussionniste passait presque plus de temps à jouer avec la foule qu’à faire de la musique en tant que tel, et un des guitaristes – à la tête complètement peinte en bleu – a passé une bonne partie du spectacle à pointer des gens de l’assistance pour leur demander de faire leur plus beau sourire. Notez que la quasi-totalité du band était affublé de shorts et d’une chemise hawaïenne. Le groupe a joué environ jusqu’à 20h20, après avoir laissé son bassiste faire du crowdsurfing (tout en continuant de jouer), et avoir incité la foule à faire le train au milieu de la salle. Quelques beaux moments qui étaient de bon augure pour le reste de la soirée. Je ne connaissais pas Trollfest auparavant, mais le show m’a à coup sûr donné envie de jeter une oreille à sa musique studio.

Trollfest avant sa performance mercredi
Trollfest avant sa performance mercredi

Korpiklaani

Second band à venir sur scène, Korpiklaani n’a pris qu’a pris que peu de temps avant de débuter, vers 20h35. Par contre, le début a été marqué de quelques problèmes techniques, comme le violon de Tuomas Rounakari qui n’a pas fonctionné avant quelques chansons. Dès qu’on a vu le groupe une fois, on sait que c’est Jonne Järvelä qui a presque le monopole de l’énergie, étant toujours très intense sur scène et interagissant constamment avec son public. La proximité de la scène était d’ailleurs un atout au Union Hall, comme il pouvait aisément s’approcher de ses fans, qui semblaient connaître à peu près toutes les chansons jouées, y compris celles de Noita, sorti il y a quelques semaines à peine.

Pour l’énergie, le show était impeccable : Jonne et Sami Perttula, l’accordéoniste du band, avaient assez d’énergie à eux deux pour booster la foule de la salle. Par contre, le son n’était pas optimal du tout. Difficile à dire si c’était parce que j’étais mal placé, si la sonorisation de la salle est simplement reconnue comme problématique ou si le gars du son dormait au gaz, mais j’ai eu de la difficulté à apprécier la ligne vocale, qui sortait très peu dans le mix. Cela n’a pas aidé à reconnaître certaines des chansons du groupe, même parmi les plus connues. Après un rappel de deux chansons, Korpilkaani a fini vers 22h.

Korpiklaani

Ensiferum

Autre tête d’affiche de la soirée, Ensiferum a, semble-t-il, fait venir les fans les plus hardcore, qui étaient particulièrement festifs en cette fin de soirée. Dans mon cas, bien que j’apprécie la musique du groupe, mon bonheur était déjà comblé par Korpiklaani et je suis resté pour savourer un peu de musique supplémentaire, tout en sachant que je ne pourrais probablement pas rester jusqu’au bout à cause des horaires de bus.

Comme d’habitude, les gars d’Ensiferum sont arrivés avec leur attitude agressive, presque en barbares, offrant une musique à leur image. Le contraste était d’autant plus grand avec leur accordéoniste, la jolie (et féminine) Netta Skog, qui, même en étant tout en noir, apportait presque à elle seule toute la «lumière» sur scène, en plus de vraiment montrer son plaisir de jouer pour son public. C’était beau à voir et très rafraîchissant. Malgré le côté sérieux des autres musiciens, ils ont quand même interagi avec leur public à quelques reprises, jouant plus de chansons connues que de celles du dernier opus, One Man Army. Le public a demandé à quelques reprises de jouer LA toune d’Ensiferum, One More Magic Potion, mais le band a plutôt fini avec Victory Song, avant de disparaître derrière la scène. Devant partir à ce moment-là, je n’ai pas pu vérifier s’il y a eu un rappel après cela, ni si la fameuse chanson allait être finalement jouée.Ensiferum

Bonne nouvelle, lecteur montréalais! Ce show est encore à venir à Montréal, le 22 mai prochain. Ces groupes ont, généralement, de bons souvenirs de leurs passages dans la métropole québécoise, alors cela s’annonce un très bon show que vous ne devriez pas manquer si vous aimez le folk metal au sens large.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s