Once More ’Round the Sun – Mastodon

Mastodon Once MoreSorti le 24 juin 2014

Il m’est très difficile de déterminer quel est, selon moi, le meilleur album de Mastodon, tout simplement parce que chacun d’entre eux est une pure œuvre d’art. Tous différents des uns des autres, pourtant tous d’une qualité musicale irréprochable. Once More ’Round the Sun, sorti en 2014, est pourtant à ce jour l’album ayant obtenu le plus grand succès commercial et a propulsé le groupe dans l’univers mainstream, entre autres grâce à son single The Motherload.

Si le son n’est plus aussi agressif que sur Remission ou Blood Mountain, il n’en demeure pas moins que chaque chanson est composée avec minutie et arrive à paqueter la complexité d’une chanson de Dream Theater en trois à cinq minutes. Les musiciens donnent à nouveau leur 110%, nous prouvant à nouveau leur intarissable talent et inspiration. D’ailleurs, Brann Dailor fait partie de mes batteurs préférés de par ses rythmes atypiques et ses influences très jazz et rock progressif qui ajoutent cette couleur unique aux chansons de Mastodon.

Mastodon prend fierté à dire que chacun de leurs albums est un concept en soi. Celui-ci semble avoir pour thème principal la mort. Si on le prend de cet angle, tout l’album dépeint une lente agonie. Au début, les chansons sont plus joyeuses, exprimant des thèmes d’espoir, comme sur The Motherload ou la première pièce, Tread Lightly. Puis, au fil du temps, les chansons, tant dans leurs paroles que dans leur traitement musical, prennent une tournure plus sombre, plus mélancolique; Ember City ou Diamond in the Witch House pour ne citer que celles-là.

D’ailleurs, sur Ember City, certaines paroles, «And you were slipping away/What do I say to you/And if I want you to stay/What do I say to you» peuvent être considérées commes des références à leur single The Motherload, lorsque Brann Dailor chante « This time, this time/Things’ll work out just fine/We won’t let you slip away». On peut interpréter cela en fonction d’un événement important dans la vie personnelle du batteur : le suicide de sa sœur à 14 ans. Bien que Crack the Skye soit l’opus le plus inspiré de cet événement, le batteur affirme avoir continué à écrire à ce sujet par la suite. On peut donc interpréter ces paroles comme étant une autre réalité dans laquelle Brann Dailor tente de sauver sa sœur.

Mais ce n’est qu’une théorie parmi tant d’autres. Ce qui est fascinant avec ce groupe est que leurs chansons sont tellement bien construites et profondes dans leur sens que nombre de théories et d’interprétations toutes aussi juste les unes que les autres peuvent être émises. Qu’un groupe réussisse maintenir une haute qualité musicale aussi longtemps, c’est en soi un exploit. Tout bon métalleux doit avoir écouté au moins un album de Mastodon, peu importe lequel, car ils sont tous aussi différents et magnifiques les uns des autres!

À écouter : The Motherload, High Road, Asleep in the Deep

8,6/10

Par Sacha Dürig

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s