Z²: Sky Blue – Devin Townsend Project

Devin-Townsend-Project-Sky-Blue-Z2Sorti le 27 octobre 2014

Petite anecdote : cet album n’était pas supposé exister. Du moins, pas dans la forme qu’il a prise. Dans une entrevue, Devin Townsend affirme que Sky Blue était un album qu’il devait absolument fournir à sa maison de disque afin qu’elle puisse sortir son album solo Dark Matters, qui est une suite de son album Ziltoid the Omniscient, sorti en 2007. Sky Blue est donc devenue la première partie d’un album double, avec Dark Matters comme seconde partie, dont les deux CD sortirent en même temps, en octobre 2014.

Concrètement, ce n’est pas du tout un opéra métal comme l’est Dark Matters; l’énergie est différente, le style de composition varie et on n’y trouve pas tout le côté déjanté de la seconde partie et c’est ce qui fait de Sky Blue un album à part entière. À partir de ce point, je ne parlerai plus de Dark Matters, car, pour les raisons énoncées plus haut, Sky Blue et Dark Matters sont deux entités à traiter avec une approche différente.

Sky Blue démarre en force avec deux excellentes chansons, Rejoice et Fallout. La seconde plus particulièrement fut un de mes coup de cœur de l’opus. Par la suite, on alterne des chansons plus douces, comme Midnight Sun, et plus agressives, comme Silent Militia.

Le mélange de progressif, d’industriel et d’alternatif empêche l’album de s’essouffler et nous offre une belle variété du début à la fin entre autres grâce à l’alternance de tempo et de niveau d’agressivité.

Cependant, ce qui permet réellement à l’album de se démarquer est son souffle épique. Pas besoin d’un chœur de 200 personnes ou d’un orchestre symphonique pour nous donner l’impression que les différentes pièces transportent un fardeau plus important que le contenu de la chanson, métaphoriquement parlant. Le duo Devin Townsend-Anneke Van Giersbergen fait un travail vocal remarquable pour offrir une couche de surnaturel à cet opus qui, au final, paraît plus grand que nature.

Bref, à part quelques chansons moins attrayantes, on a droit à un album solide qui démontre, encore une fois, l’immense talent de compositeur de Devin Townsend.

À écouter : Fallout, Silent Militia, Before We Die

8,2/10

Par Sacha Dürig

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s