Earthborn Evolution – Beyond Creation

Beyond-Creation EESorti le 24 octobre 2014

Je me souviens, un an plus tôt, en marge du Heavy Montreal 2014, avoir commencé ma critique du premier Beyond Creation en balançant mon aversion pour le death metal. Aujourd’hui, après mes découvertes de la dernière année, entre autres dans le domaine du melodic death metal, je suis pas mal plus ouvert au genre qu’avant.

Voilà probablement pourquoi j’apprécie pas mal plus ce second opus du groupe québécois que son œuvre précédente. Je l’avais déjà constaté l’an passé, mais quel talent fou que ces musiciens possèdent! En particulier Dominic «Forest» Lapointe, l’un des meilleurs bassistes que j’ai eu l’occasion d’entendre. Il est rare que cet instrument se démarque, surtout dans un genre où sa contribution est généralement rythmique, mais il y arrive. Il me rappelle beaucoup Cliff Burton, l’ancien bassiste de Metallica.

Les guitares et la batterie font également un travail exceptionnel pour rendre cet album complexe et détaillé. Chaque composition est travaillée avec soin et, à mon plus grand bonheur, la partie instrumentale prend beaucoup plus de place que la section vocale, le groupe se permettant de longs passages sans paroles et même des chansons 100% instrumentales.

La construction des chansons entre typiquement dans le domaine du prog metal, voire même du post-metal : déconstruction, rejet des formes classiques, longues phases instrumentales, plusieurs parties différentes dans une même chanson et cheminement d’un point de départ faible (dans le sens peu puissant, pas dans le sens manqué) en début de pièce à un point culminant plus loin dans la chanson (ce dernier point surtout présent dans la pièce-titre Earthborn Evolution, une de mes préférées de l’album).

Le seul point faible de l’opus, à mon avis, est la voix. Je trouve que la voix de Simon Girard, même si elle est appropriée au type de musique jouée, manque de nuance, de variété. On trouve presque toujours les mêmes growls sur la plupart des pièces (à part quelques screams par ci par là) et il s’agit du seul élément redondant de l’opus, et ce, même si les textes sont profonds et recherchés. Le groupe gagnerait à s’en servir le moins souvent possible, quitte à devenir un groupe instrumental.

Malgré ce point, Earthborn Evolution reste un excellent album, une amélioration du groupe par rapport au premier opus, The Aura, qui permet au groupe de cimenter son style et de peaufiner à la fois son son et ses compositions. Une belle réussite locale (mais dont la popularité est en train de dépasser les frontières québécoises) que je recommande fortement aux fans de métal.

À écouter : Earthborn Evolution, L’Exorde, Fundamental Process

8/10

Par Sacha Dürig

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s