État Brute – Anonymus

Anonymus état bruteSorti le 14 novembre 2011

Anonymus fait partie des groupes les plus connus au Québec. Le groupe de thrash a gagné en popularité grâce à l’usage abondant du français et parfois d’autres langues, comme l’anglais, l’italien ou l’espagnol, dans leurs albums, de deux albums en collaborations avec Mononc’ Serge (L’Académie du massacre en 2003 et Musique barbare en 2008), ainsi que du succès grandissant de la carrière solo de Marco Calliari, ancien chanteur d’Anonymus parti en 2006.

Que dire d’État Brute, sorti en 2011? Eh bien que c’est un très bon album thrash. Tout est chanté en français, à part Cada locu consu tema, chantée en espagnol. Chaque chanson rentre dedans, comme le veut la coutume du genre. La vitesse est au rendez-vous, mais pas nécessairement la répétitivité.

Non, on n’a pas affaire à une révolution du genre, loin de là, mais il s’agit tout de même d’une œuvre réussie. Je suis la bête et L’Heure de vérité font partie des moments forts de l’album. On retrouve les riffs tranchants typiques du thrash, tout en y ajoutant le petit quelque chose qui rend Anonymus spécial par rapport à la scène thrash en général. On sent les influences de Slayer et Testament bien évidemment, mais également un petit côté death metal, surtout avec les blast beats employés par moments, ajoutant plus de mordant.

Malheureusement, l’opus a beau être efficace, il finit par devenir redondant, voire répétitif à partir de Rage de vivre. La voix d’Oscar Souto, rauque comme on le souhaite, n’a cependant pas la versatilité nécessaire pour suffisamment varier les motifs, ce qui fait que ces derniers, à force de jouer dans le même registre constamment, finissent par sonner pareil et ça rend le tout plutôt lassant, car si les riffs ont beau varier, les notes demeurent bien souvent les mêmes.

Sinon, on sent la volonté du groupe de travailler chaque chanson et d’en tirer le meilleur de celles-ci. Le résultat final est donc très bien, même si la limitation du registre n’en fait pas le meilleur album thrash métal de tous les temps, on a quand même droit à quelque chose qui plaira aux fans du genre.

À écouter : Je suis la bête, Le prix à payer, Cada locu consu tema

7,4/10

Par Sacha Dürig

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s