The World is My Enemy Now – Upon a Burning Body

Upon-a-Burning-Body-The-World-is-My-Enemy-NowSorti le 12 août 2014

Le mouvement deathcore tend à s’essouffler. Plusieurs groupes œuvrant dans le genre tendent à changer leur style afin d’évoluer vers autre chose. On l’a vu avec Veil of Maya, qui a pris un virage plus mélo-death et prog. The World is My Enemy Now, troisième opus d’Upon a Burning Body, marque également un changement de style pour le groupe, avec de fortes influences groove et nu-metal.

Cet album pousse tout de même loin l’expérimentation, mélangeant son côté deathcore à ses nouveaux styles, lorsqu’il n’est pas carrément écarté. On sent la volonté du groupe de se renouveler, d’évoluer sur l’échelle musicale afin de ne pas se limiter à une niche musicale très précise et pour laquelle j’ai l’impression qu’on a pas mal fait le tour.

Cet opus fut en somme une belle surprise pour moi, de par son côté très groove qui m’a franchement impressionné, mais également parce qu’il est bien moins générique que ce dont je m’attendais.

Dès les deux premières pièces, Red Razor Wrists et Scars, on remarque un tempo plus groove, plus lent, tout en incluant quelques effets rappelant le nu-metal. Surtout Scar, qui a une structure très semblable à du vieux Linkin Park.

Cependant, comme pour plusieurs groupes de deathcore changeant de style, on finit inévitablement par retomber dans ce vieux son générique et peu intéressant. Ici, ça commence à la fin de Fountain of Wishes, qui casse la chanson.

D’autre pièces, comme The New Breed ou Judgement tombent en plein dans le deathcore, même si en général elles possèdent soit une mélodie ou un twist musical qui les place à la limite de l’ennui et le générisme. La pièce la plus deathcore de l’opus est certainement la très dispensable I’ve Earned My Time.

Bring the Rain, de son côté, m’a beaucoup rappelé Slipknot, alors que Pledge Your Allegiance est du death métal brutal et sans pitié. La chansons-titre The World is My Enemy Now est un hymne à mosh pit puissant et groovy qui donne envie de faire du crowd surfing. L’interlude acoustique A Todà Madrè ò Un Desmandrè calme l’ambiance avant une nouvelle ronde de sang.

Bref, un album très variété niveau compositions, impeccable niveau production et exécution. Le côté deathcore est encore très évident et plombe l’album, mais la volonté du groupe de se renouveler et de se détacher de ses racines est audacieux et le résultat est une réussite.

À écouter : Scars, Bring the Rain, The World is My Enemy Now

7,7/10

Par Sacha Dürig

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s