Book Burner – Pig Destroyer

pig-destroyer-book-burner-1000Sorti le 22 octobre 2012

Le grindcore a fait sa marque au fil des années. En partant du très réputé (que j’ai détesté) premier album de Napalm Death, Scum, ce sous-genre parmi les plus extrêmes de la musique core et métal a fait sa niche et continue encore aujourd’hui à attirer une foule non négligeable.

Book Burner, sorti en 2012, est le cinquième album du groupe, et celui-ci continue d’être aussi abrasif dans sa musique. Il ne faut pas chercher des mélodies, car il n’y en a pas. Le style de composition est très classique du grindcore : plusieurs chansons, dont la majorité font moins de deux minutes. Au total, l’album dure 32 minutes et demie.

Musicalement, on a droit à quelque chose de très technique, quelques influences deathcore et deathgrind, mais globalement, c’est du grindcore, point. Alors que le sous-genre, un peu comme le deathcore, peut paraître s’essouffler, Book Burner est la preuve qu’il reste encore des possibilités à exploiter avec le grindcore.

Souvent rapide, parfois chaotique, le son du groupe dispose d’une qualité de production qui arrive à rendre justice à chaque pièce, peu importe son niveau de complexité. Niveau musical, oui les blast beats sont très présents ainsi que les autres éléments typiques du genre, comme les guitares accordées très grave ainsi que toute la rapidité et la brutalité attendue d’un album de ce genre, mais, contrairement aux premiers albums de grindcore, on n’a pas droit à un chaos incompréhensible. L’album se suit et les pièces s’agencent bien ensemble.

Malheureusement, lorsqu’on écoute un album d’un sous-genre aussi niché que le grindcore, il est très difficile d’éviter les répétitions et les ressemblances avec d’autres œuvres du genre. Malgré quelques passages tombant dans ce défaut, il faut dire que Pig Destroyer s’en sort très bien de ce côté, arrivant à tirer son épingle du jeu malgré tout.

Bref, pour les fans de grindcore ou de musique très extrême, je recommanderais cet album. Pour les autres, allez-y si vous êtes curieux, sinon passez votre tour. Book Burner n’est clairement pas destiné au grand public. Dernier détail : la couverture de l’album est vraiment épeurante.

À écouter : Eve, Valley of the Geysers, The Bug

7,5/10

Par Sacha Dürig

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s