Eremita – Ihsahn

Eremita – IhsahnSorti le 18 juin 2012

Connu des métalleux pour son travail avec les pionniers norvégiens du black métal symphonique Emperor, Ihsahn a depuis plusieurs années une carrière solo à succès, dans laquelle il s’est tranquillement détaché du black metal pour aller vers de la musique plus progressive, ambiante et expérimentale. Après une trilogie conceptuelle englobant ses trois premiers opus (The Adversary, angL et After), Eremita est son premier album «stand-alone» pour reprendre le terme cinématographique.

Cet album prouve encore une fois les capacités d’écriture d’Ihsahn. Toujours en poursuivant dans la direction prog metal de ses derniers efforts, on trouve ainsi de longues chansons, comme The Eagle and the Snake ou encore The Grave, toutes deux durant plus de huit minutes et construites comme une chanson de prog metal, voire de post-metal, avec des formes inhabituelles et plusieurs parties encastrées les unes dans les autres.

The Eagle and the Snake, tant qu’on y est, fait également preuve d’expérimentations de la part d’Ihsahn, qui y mélange voix criarde et cuivres, voix douces et riffs glauques et autres paradoxes rendant la chanson très intéressante à écouter.

On retrouve également les cuivres plusieurs autres chansons, comme sur Carthasis, une sorte de ballade glauque et sombre plus ambiante prouvant que les gros blasts beats et de gros «Hail Satan» ne sont pas nécessaires afin de créer une ambiance malsaine. The Grave en est la preuve, elle qui réussit avec brio à rendre les cuivres malaisants.

Il n’hésite cependant pas à revenir au black metal qui a fait sa renommée avec Something Out There. Ihsahn fait sur cet opus le choix de la variété et c’est parfait ainsi. Parfois plus familière, parfois plus expérimentale, la musique sur Eremita démontre que le projet solo d’Ihsahn n’a rien à envier à son ancien projet principal (je parle bien sûr d’Emperor). Il continue d’élargir ses horizons musicaux et à exploiter de nouveaux filons au fil du temps. Voilà ce que j’appelle un compositeur culoté! Et dans le bon sens du terme!

À écouter : The Paranoid, Carthasis, The Grave

8/10

Par Sacha Dürig

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s