CHRONIQUE : Heavy Montreal 2015 – Jour 3

Heavy_Montreal_2015Par Sacha Dürig

Étant parti en plein milieu du spectacle de la tête d’affiche les deux journées précédentes, il me restait suffisamment d’énergie pour passer à travers de cette troisième et dernière journée de Heavy Montreal qui s’annonçait la plus intense.

1-Omnium Gatherum

Quoi de mieux pour commencer une grosse journée de métal que du bon mélo-death comme les Finlandais savent si bien le faire. 30 minutes, c’est loin d’être suffisant et surtout rassasiant afin d’apprécier comme il faut ce groupe qui a fait sa marque dans le genre en Europe. Ses pièces, très influencées du prog métal, sont toutes de petits bijoux que les musiciens ont su présenter correctement. Tant le charisme du chanteur Jukka Pelkonen que les prouesses des deux guitaristes (dont Markus Vanhala qui joue également pour Insomnium que je verrai plus tard) rendent justice au répertoire grandissant du groupe. D’ailleurs, il en a profité pour nous présenter une nouvelle pièce, Skyline, qui m’a beaucoup rappelé Only for the Weak d’In Flames, ce qui n’est pas une désagréable comparaison.

2-Motionless in White

Avant même le début de leur spectacle, les membres de Motionless in White étaient attendus de pied ferme par un public qui scandait leur nom tout de suite après le spectacle de Fozzy. C’est donc sur les notes de Break the Cycle que le groupe, mené par un Chris Motionless en pleine forme, démarre une prestation endiablée où vont se mêler vieux matériel et chansons de son plus récent album, Reincarnate. La foule a suivi sans problème, entre autres avec le gros wall of death sur Death March.. Cependant, pour ne pas rater le début d’Insomnium, j’ai dû laisser tomber les 15 dernières minutes de Motionless in White.

3-Insomnium

Je l’attendais un peu moins qu’Omnium Gatherum, mais j’avais toutefois beaucoup d’attentes concernant ce groupe. Malheureusement, contrairement à leurs collègues finlandais, ils n’ont pas réellement su livrer la marchandise. Cependant, à leur défense, leur bassiste et chanteur a dû se retirer de la tournée une semaine avant son début en raison d’une grave maladie dont un membre de sa famille était atteint, et un des guitaristes n’a pas pu se présenter pour une raison qui m’a échappé et donc le groupe a fait appel à la dernière minute à Nick Cordle (ex-Arch Enemy) pour le remplacer. Ça a donné au final une prestation un peu étrange, souvent cacophonique et ponctuée d’erreurs, surtout pendant Ephemeral, la pièce du groupe que je connaissais le plus et qui a été totalement ratée. Cependant, je n’arrive pas à leur en vouloir, simplement par le fait que, malgré tout ce qui leur est arrivé, ils ont décidé de faire la tournée quand même pour leurs fans, et ça mérite le respect. On se reprendra très bientôt, j’en suis sûr!

4-Warrant

L’apogée du volet glam métal cette fin de semaine a certainement eu lieu avec Warrant. Le groupe, toujours en pleine forme malgré les années, nous a livré un super spectacle digne de ses grandes années, enchaînant de très bons morceaux (sauf la première, qui est la chanson-titre de son premier album et que je n’avais pas trop aimé). Le moment préféré de la foule endiablée fut certainement lors de Cherry Pie, le gros hit gardé pour la fin et qui a vraiment levé la foule qui chantait volontiers en chœur avec Robert Mason.

5-Dokken

Difficle pour un autre groupe des années 80 comme Dokken de garder la barre haute après la grosse prestation de Warrant. Oui, Don Dokken et sa bande ont livrés la marchandise, mais on s’attendait sérieusement à plus de la part de ce groupe, qui semblait par moments manquer d’énergie. La voix de Don Dokken a perdu de son lustre, mais rien pour ternir les chansons. Kiss of Death a bien démarré le tout, mais le groupe a réellement semblé manquer de présence scénique et ça a paru dans les interactions avec le public, qui manquaient d’originalité. Malgré tout, ce ne fut pas une mauvaise prestation. Elle m’a seulement semblé un peu fade après l’énergie dégagée par Warrant.

6-Marky Ramone’s Blitzkrieg w. Andrew W.K. on vocals

Voilà un spectacle qui se voulait incontournable pour les fans de punk cette fin de semaine. Le dernier Ramone toujours vivant qui a été introduit au temple de la renommée du rock accompagné de son groupe qui joue des chansons des pionniers du punk. Je n’ai jamais douté de la capacité d’Andrew W.K. à chanter du Ramones et il m’a donné raison. Bon, je n’ai jamais vu les vrais Ramones en concert (ils se sont officiellement séparés quand j’avais deux ans), mais en entendant les versions studio des albums du groupe, je me disais que le chanteur hard rock américain ferait du bon travail et ce fut le cas. Malgré une succession de chansons courtes livrées presque sans interruption pendant 40 minutes, la foule a embarqué avec une euphorie palpable, surtout pendant le classique Blitzkrieg Bop, qui a vu un grand nombre de crowd surfers passer.

7-Asking Alexandria

Comme j’étais totalement à l’avant, j’ai décidé d’y rester et de me taper Asking Alexandria plutôt que de quitter ma place privilégiée. Ces 45 minutes furent relativement pénibles étant donné mon mal de dos combiné à la mauvaise musique que j’étais forcé d’écouter. AA n’a jamais été un groupe que j’ai aimé et ce spectacle me l’a confirmé. Des prépubères au look emo qui chantent du metalcore, un style que je n’aime pas du tout, ça devient rapidement gonflant, et ce, même si tous les membres sont en pleine forme et que leur prestation est réglée au quart de tour. Au moins, le public de la scène Molson Canadian semble avoir apprécié…

8-Within Temptation

Voilà probablement LE spectacle que j’attendais le plus de la fin de semaine. Les as néerlandais du métal symphonique débarquent à Montréal après un vol de neuf heures exténuant, aux dires de Sharon den Adel, avec la ferme intention de nous faire bouger. Et ce fut réussi. Dès les premières notes de Paradise, on sait qu’on aura droit à tout un spectacle. Comme d’habitude, la voix de Sharon est bien à point et tous les autres musiciens sont en pleine forme. Pendant une heure, les pièces à succès, comme Faster, Covered by Roses et même une reprise de Summertime Sadness de Lana Del Rey a fait sauter la foule qui en redemandait. Cerise sur le gâteau, j’ai même eu droit à un pic de guitare du groupe à la fin du spectacle. Pour moi, la journée semblait terminée tellement j’ai été vidé de mon énergie!

9-Ihsahn

Depuis 16 ans que le fondateur du légendaire groupe black métal Emperor n’avait pas visité le Québec. Pourtant, ce fut une belle foule qui était présente sur la scène de l’Apocalypse au moment où j’y suis arrivé. J’ai manqué les premières minutes de son concert étant donné que Bullet for My Valentine, qui jouait sur la scène principale juste après Within Temptation, a décidé de commencer avec Your Betrayal, une chanson que j’aime beaucoup et qui m’a convaincu de rester un court moment. Donc, pour en revenir à Ihsahn, il a joué des pièces de différents albums de son répertoire solo. J’y ai entre autres reconnu The Paranoid, tirée de son album Eremita que j’avais beaucoup aimé. Sinon, les pièces jouées ne sont pas faites pour mosher, en raison de leur ton très progressif, très atmosphérique; un peu, dans une moindre mesure, comme le concert de Neurosis donné sur la même scène vendredi. Les gens écoutaient, ébahis par le talent du guitariste/chanteur ainsi que des très bons musiciens qui l’accompagnaient. Bref, un beau moment de réflexion avant le blitz de fin de soirée.

10-Lamb of God

J’ai beaucoup hésité avant de venir voir Lamb of God. En même temps, pour clore la scène de l’Apocalypse se trouvait Nuclear Assault, qui rendait sa dernière visite au Québec avant de tirer sa révérence. Cependant, n’ayant pas tant aimé l’album que j’ai critiqué, je me suis dit que de ne jamais les voir ne changera pas ma vie. Et j’estime que le concert du groupe de groove métal américain m’a donné raison. Solide du début à la fin, ces gars savent réveiller une foule en pleine digestion de son souper. Les violents mosh pits s’accumulaient et la foule criait à chaque fois que le charismatique Randy Blythe l’ordonnait. Personnellement, j’ai préféré le moment en milieu de concert où ils ont entonnés Still Echoes et 512, tirées de leur plus récent album, qui d’ailleurs est numéro 1 des ventes au Canada à sa première semaine de sortie. D’ailleurs, mention spéciale à la mise en scène avec les écrans sur scènes diffusant des clips vidéo appuyant chaque chanson du groupe. Très bien fait.

11-Slipknot

Voici le groupe auquel revient la palme d’or de la mise en scène. Décor, costumes, feu, tout était là pour offrir une prestation du tonnerre pour conclure l’édition 2015 du Heavy Montreal. Que l’on aime ou pas la musique de Slipknot, on ne peut nier que ces clowns machiavéliques savent donner un spectacle! Quand ce n’est pas une plateforme qui lève dans les airs, c’est une course partout autours de la scène ou encore Corey Taylor qui fait réagir la foule. Le mélange de vieux morceaux et de pièces tirées de .5: The Gray Chapter a de quoi plaire à la foule… mais pas à moi. Quand je disais que les têtes d’affiche de cette édition ne m’intéressaient pas, j’y incluais également Slipknot. 45 minutes de son spectacle furent en masse pour moi. J’y repars tout de même très satisfait de ma fin de semaine et j’ai déjà hâte à l’édition de l’an prochain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s