Rue-St-Louis – Friend of All the World

FOATW3-cover-digitalSorti le 23 octobre 2015

La machine de Friend of All the World est bien huilée : la formation originaire de Montréal offre une musique à saveur indie-rock qui va droit au but avec des arrangements agréables, des mélodies généralement accrocheuses et une voix masculine réconfortante. On retrouve tout ça dans Rue-St-Louis. Le tout avec une touche de familiarité qui ne fait pas mal.

L’album démarre avec le début de The Break, près d’une berceuse. Cette ambiance laisse rapidement place à quelque chose de plus lourd, qui ne sera pourtant pas caractéristique de l’album. Paumonok qui suit y va plutôt d’un petit folk simple, qui ne devient vraiment intéressant qu’à la fin, lorsque le subtil crescendo qui traverse la chanson atteint enfin son sommet. Une formule similaire nous attend avec Follow, mais en plus efficace encore. Ici le côté indie-rock est d’ailleurs pleinement assumé.

All These Days paraîtra terriblement familière, évoquant des mélodies non loin de Losing My Religion (REM), et Dark Matter fait une brève incursion dans la lourde noirceur. S’ensuit une interlude ambiante très réussie : Songlet. À savourer pleinement.

L’accordéon fait son entrée très remarquée dans Slow. Une chanson offrant une belle construction, mais qui ne dure pas très longtemps; on réalise que les chansons brèves (celles d’à peine deux minutes) n’arrivent pas à accrocher de la même façon que celles qui durent jusqu’à quatre voire cinq minutes. Cela a probablement à voir avec le fait que Friend of All the World soit particulièrement fort avec les constructions plus longues à élaborer.

La dernière chanson existe en deux versions : la version courte pour la radio (Scouting (radio edit)) et la complète (Scouting (extended version)). Les deux sont sensiblement la même chose, sauf que la seconde présente une finale ambiante de quelques minutes. Pas une mauvaise idée, mais l’extro était un peu facultative.

Difficile de détester l’album Rue-St-Louis. Il est efficace, bien dosé et offre de bien belles choses pour les oreilles. On pourra lui reprocher de demeurer dans un registre «trop» confortable, mais c’est quelque chose qu’on devrait pouvoir pardonner assez vite. Finalement, c’est un album un peu passe-partout qui saura s’adapter à pratiquement n’importe quel état d’esprit, et, qui sait, qui pourra même vous redonner le sourire.

À écouter : Paumonok, Follow, Scouting (radio edit)

7,8/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s