2015 : Top 5 d’Olivier

top-5Par Olivier Dénommée

L’année 2015 a été riche musicalement, et choisir le meilleur, tous styles confondus, s’avère particulièrement intense. Voici, sans prétention, ce que je retiens de mieux pour 2015.

Fly WDW5) Fly – Will Driving West

Je triche un peu ici : Fly est apparu sur les plateformes numériques en 2014, mais a officiellement été lancé physiquement ce printemps. Et c’est un vrai petit bijou musical, même après plusieurs mois d’écoute! Ce troisième opus du groupe indie-folk montréalais est lourd et n’est certainement pas fait pour les soirées festives, mais il est tellement poignant qu’on cherchera bien un prétexte pour le savourer… ou au moins écouter The Adventure une fois ou deux.

***

Beneath_the_Skin4) Beneath the Skin – Of Monsters and Men

Voilà un album auquel on prend goût en écoutant. Lors de la critique initiale, jamais je n’aurais pu apprécier autant les chansons de ce deuxième album du groupe islandais. Le fait est que l’on a trop cherché à comparer Beneath the Skin à My Head Is an Animal. Or, le groupe a volontairement pris une direction toute autre, et franchement tout aussi bonne (voire peut-être plus), lorsqu’on se donne le temps d’apprivoiser le nouveau matériel. Comme l’opus de Will Driving West, cet album est assez sombre, mais vise dans le mille.

***

Apocalyptica Shadowmaker3) Shadowmaker – Apocalyptica

Étant un fan inconditionnel d’Apocalyptica, je ne savais pas si le mettre dans le top 5 serait vraiment objectif. Mais le simple fait que le groupe finlandais ait réussi son virage vocal avec autant de force mérite amplement cette place à un groupe qui ne cesse de chercher à se réinventer album après album. Shadowmaker est de loin l’opus qui a le plus de cohésion au sein de la discographie du band. Et bien que ce huitième album studio n’est pas mon préféré de la formation, il deviendra très certainement un incontournable – peut-être même davantage que Worlds Collide, qui avait davantage mis Apo sur la carte pour le grand public.

***

Chambers_cover2) Chambers – Chilly Gonzales

Chilly Gonzales surprend continuellement, et généralement de façon très positive! Son dernier bébé, Chambers, où il s’accompagne du Kaiser Quartett, pousse la surprise plus loin que jamais. Il avait réussi deux coups de maître avec ses opus Solo Piano, mais il a su ajouter des cordes à son instrumentation, offrant du coup un album de classique avec une arrière-pensée pop. Son meilleur coup? Advantage Points, sans hésiter.

***

Coeur de pirate roses1) Roses – Cœur de Pirate

Il a suffi de quelques écoutes pour l’accepter : le troisième album solo de Béatrice Martin, mieux connue sous le pseudonyme Cœur de Pirate, figurerait parmi cette liste. Son évolution comme compositrice l’a amenée ailleurs ces dernières années, et cela s’entend immédiatement dans Roses. Si elle m’avait charmé l’an dernier avec la bande sonore de Child of Light, je suis littéralement tombé en amour avec cette perle pop qu’est Roses.

***

Mentions honorables

Un top 5, c’est bien, mais c’est trop peu pour parler de tout ce qui a été bon en 2015! Plusieurs albums méritaient de l’attention cette année, sans ordre particulier : House of Many Rooms de Laila Biali (un pop-jazz franchement surprenant!), l’album éponyme d’Hologramme (je danse sur place dès que j’entend les nouvelles pubs de Desjardins, avec la piste Nylon!), le dernier Ludovico Einaudi, Elements (presque aussi intéressant que In a Time Lapse, sans les montages russes d’émotions), ou encore The Incredible True Story de Logic, un opus surprenant par son thème et par la qualité du rap qu’on y entend (j’ai, personnellement, été plus impressionné par cette sortie que par le dernier Kendrick Lamar). Et que dire de Mononc’ Serge 2015? Son opus portant sur l’actualité de la dernière année a frappé un énorme coup, traitant avec humour et (généralement) bon goût de sujets parfois sensibles. Un opus qui sera, on le craint, oublié avec le temps, mais qui avait énormément de mordant à sa sortie.

Ajoutons une catégorie, celle des albums sortis trop tard pour avoir le temps d’être apprivoisés adéquatement. On y retrouve Chronicles of the Wasteland de Le Matos, qui se savoure tellement mieux lorsqu’on ne compare pas immédiatement avec la bande sonore, se trouvant dans le second disque. On retrouve aussi Art Angels, nouvel opus de Grimes. Une écoute prolongée de l’album dévoile deux facette à son album : d’un côté, des chansons électro-pop extrêmement accrocheuses et efficaces, de l’autre des chansons assez bizarres à l’oreille. C’est sans contredit un album très travaillé… mais le délai est trop court pour décider s’il aurait mérité une place au sommet de 2015!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s