2015 : Top 5 de Charles

top-5Par Charles Laurier

Déjà nous avons débuté ce mois de janvier; c’est ainsi que s’achève une année musicalement haute en couleurs, et ce, dans tous les styles confondus. Pour moi, ne serait-ce que par préférence personnelle, ce fut une année dominée avant tout par le métal. C’est le temps de jeter un dernier coup d’œil en arrière et j’ai donc dressé ici une liste de mes cinq albums préférés de 2015, ainsi qu’une liste de mes sorties les plus attendues pour 2016, histoire de voir un peu où on s’en va…

Top 5 de 2015

Tangled ThoughtsYield to Despair – Tangled Thoughts of Leaving (Australie)

Pelagic Records

Tangled Thoughts of Leaving appartient à la vague de bands de post-métal alliant de lourdes ambiances drone à une exceptionnelle qualité de production. Son album Yield to Despair est un digne représentant de ce style musical, avec ses lignes de guitares au son gigantesque qui, couplées à des éléments de jazz et des rythmes écrasants, ne manqueront pas de vous projeter avec force dans de sombres et sublimes paysages sonores.

***

MONO-The-Ocean-Transcendental-EP-artTranscendental (Split EP) – MONO (Japon) & The Ocean (Allemagne)

Pelagic Records

Toujours dans la même lignée de musique à l’ambiance imposante et envahissante (et également publiée par la même maison de disques que Tangled Thoughts of Leaving, Pelagic Records), je ne peux faire autrement que de saluer la collaboration des légendaires groupes MONO et The Ocean. Le résultat est un split de presque 24 minutes, composé de deux pistes, où d’énormes pads de délai de guitare se confrontent à de furieux moments de rage musicale, le tout accompagné de majestueux arrangements de piano et de cordes propres à ces talentueux artistes.

***

Pat Watson Love SongsLove Songs for Robots – Patrick Watson (Canada)

Secret City Records

Cet album est une anomalie sur cette liste, mais il n’en demeure pas moins un fantastique travail de musicien que je recommande à tous. Patrick Watson est une influente figure moderne dans la musique indie et folk qui sait s’attirer le respect de ses fans, collaborateurs et critiques, et il a su récompenser ce respect avec un autre album regorgeant de trésors musicaux. Des compositions peaufinées aux arrangements originaux et à la portée audacieuse, une profondeur émotionnelle sincère et intime ainsi qu’une production en or caractérisent ce monument par un compositeur montréalais hors pair.

 ***

Tesseract-PolarisPolaris – TesseracT (Royaume-Uni)

Kscope

Cet album est ce que bon nombre de fans de ces rois du groove attendaient. Sur Polaris, TesseracT continue d’innover tout en restant fidèle à sa signature sonore, et ce, en renouant avec le vocaliste originel du groupe, Daniel Tompkins. J’avais personnellement adoré la touche vocale du précédent chanteur Ashe O’Hara, mais faute d’en entendre plus de celui-ci, je suis soulagé d’entendre la voix m’étant devenue familière sur One (2011). Les riffs aux rythmes à la fois complexes et entraînants de cet album auront fait banger plus d’une tête en 2015.

***

Coma_Ecliptic_Between_the_Buried_and_MeComa Ecliptic – Between the Buried and Me (États-Unis)

Metal Blade Records

La réputation de ce groupe devrait parler d’elle-même aux amateurs lorsqu’il vient le temps de parler d’une nouvelle production de sa part. Pour les non-initiés, Between the Buried and Me s’est imposé depuis maintenant plus d’une décennie comme une autorité en matière de métal progressif. Coma Ecliptic est un pilier de plus soutenant cette réputation. Il s’agit d’un album dynamique, inventif et nuancé qui change d’une direction à l’autre sans crier gare, accouplant une multitude de styles pour procréer quelque chose de merveilleusement fou. Aucun membre du groupe ne brille moins que les autres dans ces compositions au flair inhabituel.

Mentions honorables :

  • Elios/Erebus – God Is An Astronaut (États-Unis) – Post-rock
  • The Crash and the Draw – Minsk (États-Unis) – Post-métal
  • The Chopin Project – Ólafur Arnalds (Islande) – Musique contemporaine
  • Full of Hell & Merzbow – Full of Hell (États-Unis) et Merzbow (Japon) – Grindcore
  • Carrie & Lowell – Sufjan Stevens (Canada) – Indie rock
  • The Guilty Poor – Kennedy (Canada) – Hardcore punk
  • In the Absence of Love – Deafheaven (États-Unis) – Black metal
  • The Color Clear – Reflections (États-Unis) – Metalcore
  • Takk – Sigur Rós (Islande) – Post-rock
  • Flood – Harfang (Canada) – Indie rock

Sorties à surveiller pour 2016

Radiohead (Royaume-Uni)

Cette liste ne suivant aucun ordre particulier, je me débarrasse en premier  de cette éventuelle sortie puisqu’elle est probablement celle dont vous vous attendiez le plus de voir dans cet article : celle des architectes du rock moderne Radiohead. Passé du statut de médiocre groupe alternatif à celui de géant artistique et commercial, le band est aujourd’hui enveloppé d’une aura quasi-mythique autant auprès de la critique que des fans… ce qui peut parfois en exaspérer plus d’un. Il demeure néanmoins que Radiohead reste à ce jour l’une des figures les plus influentes de l’histoire de la musique moderne et que leur dernier album original, The King of Limbs, date de 2011. Il sera sans doute très intéressant de voir ce que ce groupe d’avant-garde aura pu produire après cette longue pause d’une demi-décennie. La sortie du single Spectre, écrit pour le film de James Bond du même nom (mais finalement non retenu), a déjà suscité l’émoi chez les fans et Thom Yorke, chanteur du groupe, a déjà commencé à incorporer dans ses performances live des interprétations solo de nouvelles chansons de Radiohead.

Nine Inch Nails (États-Unis)

La sortie d’un nouvel album issu de l’esprit génial et dérangé de Trent Reznor est toujours un événement. Le chanteur iconique de la musique industrielle et compositeur acclamé pour son travail musical avec le réalisateur David Fincher (pour lequel il a gagné un Oscar, un Grammy et un Golden Globe) a annoncé récemment en entrevue que son bébé Nine Inch Nails serait de retour en 2016. Nine Inch Nails, un projet musical d’envergure titanesque, a marqué les jeunesses de plusieurs ainsi que le monde de la musique par ses amalgames stylistiques aux influences diverses, son design sonore ingénieux et son ton sombre, émotif et immersif.

Brand New (États-Unis)

L’un des quatuor les plus chéris du rock alternatif/emo, Brand New, pourrait bien sortir son album final cet année. Le groupe à l’horaire plutôt inconsistant a en effet annoncé ce qui pourrait être la dernière étape d’une longue carrière, avec un nouvel album complet et une tournée canadienne. S’agira-t-il vraiment de la dernière fois dont on entendra parler de Brand New? Nous ne pouvons qu’espérer que nous aurons droit à un adieu en règle si tel est le cas. Quoiqu’il en soit, Brand New a toujours su capturer les cœurs et les oreilles de ses fans avec du matériel de qualité en touchant à des genres naturellement liés ensemble, allant du pop punk au post-hardcore. En se fiant à son historique (ainsi qu’au single Mene publié en avril dernier), on peut compter sur une nouvelle sortie à la hauteur de nos attentes.

Meshuggah (Suède)

Le métal, même lorsque l’on s’aventure dans sa multitude de sous-genres, est un style de musique qui est de nature riche et diversifié, rendant impossible la tâche de lister les groupes spécifiquement les plus influents sur le métal produit aujourd’hui. Dans l’éventualité hypothétique, par contre, où cette colossale corvée serait possible, il serait bien MESHUGGAH de ne pas inclure cette formation de métal progressif originaire de Umeå, Suède. Ils ont (involontairement) créé eux-mêmes tout un sous-genre musical (le fameux « djent »). Ils sont les compositeurs d’obZen, un des albums de métal les plus innovateurs des années 2000. Leur joueur de batterie, par ses techniques de polyrythmie, est devenu l’une des plus grandes influences des batteurs de métal moderne. Le groupe espère sortir quelque part cette année un nouvel album sur lequel ses membres travaillent depuis au moins mai dernier. Le guitariste du groupe, Mårten Hagström, a décrit l’album comme «assez diversifié». Les fans de métal à travers le monde retiennent leur souffle.

The Dillinger Escape Plan (États-Unis)

Un nouvel opus de la part de ces maîtres du chaos total et de la destruction d’équipement de musique est attendu cette année. Aux dernières nouvelles, le groupe était censé commencer à saccager un studio en novembre 2015. La barre est haute depuis la sortie de One of Us Is the Killer en 2013, un album qui, comme ses prédécesseurs, nous a présenté du mathcore avant-gardiste qui fut reçu avec enthousiasme par le public et la critique. Leur nouvelle production pourrait bien être l’un des albums les plus délicieusement violents de 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s