CHRONIQUE : Michel Cusson, un homme et ses guitares

Michel Cusson 2Par Olivier Dénommée

Après le résultat plus que convainquant de son dernier album, Solo, Michel Cusson avait créé beaucoup d’attentes en spectacle. Il avait été promis que tout ce qu’il faisait entendre sur album allait être recréé avec aisance seulement à l’aise de ses guitares et de son équipement pour faire des loops. Il a eu l’occasion de faire ses preuves le jeudi 11 février lors de son passage au Lion d’Or. Une salle pleine l’attendait de pied ferme.

Dès 20h15, Michel Cusson est arrivé sur scène, chaleureusement accueilli par la foule. En main, il avait une guitare, à ses côtés, un ordinateur, et à ses pieds, beaucoup de pédales. C’est tout ce dont il avait besoin pour jouer. Il n’a pas beaucoup tardé avant d’enchaîner quelques trucs, construisant ses pièces une passe de guitare à la fois, enregistrant chacune d’entre elle pour créer l’impression qu’un band complet est avec lui. Quelques minutes ont suffi pour convaincre la salle qu’il était en parfait contrôle de son instrument de prédilection. À l’occasion, son technicien apparaissait pour lui échanger sa guitare, offrant donc des sonorités et des tunings différents même une même pièce.

Michel Cusson 3Michel Cusson est un excellent musicien, et on le savait bien avant le spectacle. Par contre, le show aura permis de mieux saisir l’inspiration derrière chacune des compos. Nous savions que c’est un album de photos jeté à la mer et récupéré qui était à la base du projet, mais l’inspiration ne s’est pas arrêtée là : le compositeur a creusé dans son propre passé pour s’aider à créer de beaux moments, tantôt de nostalgie, tantôt d’intensité. Sur album, c’était déjà très fort, mais en spectacle, il s’est agréablement laissé aller! Après un solo presque endiablé, il a dit, en riant, que «Ça fait du bien de faire sortir le méchant». Il a tout de même promis qu’il en restait encore un peu pour la suite. Pour ajouter à l’ambiance, derrière lui étaient projetée des photos, souvent délavées et usées par le temps. Il a admis que c’étaient les photos qu’il a récupérées, et que ce qu’on pouvait voir n’avait même pas été retouché.

Si Michel Cusson était en parfait contrôle de son instrument, c’est lorsqu’il était au micro qu’il montrait son côté vulnérable. Visiblement heureux d’avoir un public aussi réceptif devant lui, il semblait quand même timide par moments, accrochant aussi à quelques reprises ses pédales de loops, brisant un peu le moment avec de la musique qui démarre au mauvais moment. À chaque fois, cela a détendu la salle et cela ne l’a pas empêché de poursuivre avec le sourire et avec justesse.

Michel Cusson 1En tout, la prestation aura duré environ deux heures, en plus d’une entracte de 20 minutes. Pas un instant on n’a senti qu’il y avait des longueurs durant le spectacle. Le voir travailler ses sons était assez fascinant pour ne pas voir le temps passer si la musique en tant que telle ne suffisait pas.

Bref, c’est confirmé : Michel Cusson en a encore dedans et n’a rien perdu de sa magie. Si ce n’est pas déjà fait, procurez-vous son album et jetez un coup d’œil à ses prochaines dates de spectacles. Vous ne serez pas déçus.

(Photos : Olivier Dénommée)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s