Shelter – Dan San

Dan San ShelterSorti le 11 mars 2016

Le band belge avait fait un début remarqué en Europe, au lancement de son premier opus, Domino. C’était en 2012. Cela aura pris deux ans avant que les membres se retrouvent pour écrire et enregistrer ce qui deviendra Shelter, second album de la formation indie-rock. Cette fois, le groupe semble tenter de conquérir un public de notre côté de l’Atlantique, comme il lance Shelter sur l’étiquette montréalaise Simone Records.

Ce nouvel album mélange deux énergies particulières : un folk lent et bien senti, et une musique indie très aérienne, laissant place aux synthétiseurs. Un mélange que beaucoup d’autres artistes semblent aussi réaliser.

C’est avec Red Line qu’on s’initie à ce second opus. La construction de la première minute et demie remplit ses promesses, offrant un build-up intriguant et intéressant. Puis tout tombe, pour laisser toute la place aux voix. Bien qu’elle dure trois minutes, je considère cette première chanson comme une intro, un avant-goût de ce qui attend l’auditeur dans les 10 autres titres.

America vous plonge plutôt dans un folk entraînant. La voix, quant à elle, reste réverbérée tout le long, et prend tout son sens au refrain, d’une grande efficacité. Après ce titre fort, la suite semble plus fade : The Call s’écoute très bien et garde un côté aérien berçant, mais sans refrain puissant, elle tombe vite dans l’oubli. Et l’intensité passagère de Ocean, juste après, ne permet pas d’apprécier pleinement les qualités mélodiques du band, qui se laissent mieux entendre dans un registre doux. La chanson devient bien plus intéressante dans le dernier quart, avec une mélodie chorale envoûtante.

Dream porte très bien son : une chanson plus bonbon, très rêveuse, qui ne se prend pas mal du tout. Seahorse conserve une énergie similaire, mais en sacrifiant le refrain. Vient ensuite une chanson en deux parties : Nautilus I et II. La première partie construit une belle énergie rock, qui est pleinement exploitée dans Nautilus II, de façon instrumentale. Et c’est très, très réussi!

Gone Home reste dans le registre rock planant, alors que Up surprendra par son registre qui n’a aucun lien avec l’album : on entend beaucoup trop les guitares dans cette chanson en particulier, alors qu’elles sont bien plus enrobées partout ailleurs. En fin d’album comme ça, cela dérangera quelques oreilles. Au moins, à la fin de la chanson, l’ambiance générale de l’album revient, afin de terminer sur Somewhere, un morceau doux pour finir en beauté.

L’album Shelter contient plusieurs bons coups, et évidemment quelques chansons qui laisseront plus tiède que d’autres. L’ensemble se veut relativement homogène, mais on sent bien quelques chansons qui semblent sortir du registre. Dans certains cas, ces chansons garderont l’attention et resteront en tête; sinon, on froncera un peu les sourcils et on passera au suivant. En soi, l’album s’écoute et de réécoute très bien. Par contre, comme mentionné plus haut, Dan San n’est pas le seul band à mélanger indie et folk, au contraire! Tout de même, l’ambiance générale est réussie et on sent qu’il y a toujours de la place pour le groupe s’il souhaite continuer à préciser son identité.

À écouter : America, Nautilus II, Gone Home

7,6/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s