Sous notre peau – Geneviève Binette

Geneviève Binette Sous notre peauSorti le 1er avril 2016

Auteure-compositrice-interprète encore méconnue, Geneviève Binette a lancé son second album, huit ans après une première sortie et après avoir écrit du matériel pour d’autres artistes, comme Isabelle Boulay ou Willows. L’opus Sous notre peau veut mélanger deux énergies très distinctes : on nous promet, d’un côté, une musique introspective avec des cordes, de l’autre, des chansons rythmées avec de puissants cuivres.

La chanson-titre Sous notre peau démarre tout doucement l’album. Deux choses se remarquent aussitôt : l’instrumentation, feutrée, montre une belle maturité musicale, et les textes, à saveur personnelle, trahissent sa formation à l’École de la chanson. S’ensuit Hé toi!, qui va, au contraire, dans le registre plus chargé.

Après Hé toi!, on passe davantage de temps dans la douceur que dans l’intensité. On retient Avant l’orage, Prendre le thé, Loser, la très belle Le Chemin et la berçante Repose-toi pour représenter le premier registre, sans oublier Déjà pus là, qui rappelle beaucoup le style et le ton de Linda Lemay. Dans le registre plus énergique, on a essentiellement droit au single Whisky, une chanson très ludique qui parle d’alcool et à la dansante Karma, les deux arrivant en milieu d’opus. L’intro de Sans absinthe laissait entendre quelque chose de plus corsé, mais on s’adoucit très vite! C’est dommage dans la mesure où on s’attendait à une certaine alternance dans l’album; mais on lui pardonne vite parce que les chansons plus introspectives de Geneviève Binette valent largement le détour, autant grâce à la qualité de ses textes que grâce à sa musique qui arrive à bien les mettre en valeur.

Les textes de Geneviève Binette semblent presque tous très personnels, créant deux effets : pour certains auditeurs, cette écriture est plus authentique, plus vraie, ce qui les accrochera davantage qu’un texte «générique»; pour d’autres, les textes sont trop «précis» pour s’y attacher vraiment. L’album Sous notre peau a été écrit d’un perspective de femme, et semble s’adresser en premier lieu à la gent féminine, qui peut davantage s’identifier aux textes de l’auteure. Ceci n’enlève tout de même rien à sa plume, déjà bien aiguisée, qui présente quelques très belles lignes à travers le 35 minutes de l’opus.

À écouter : Sous notre peau, Le Chemin, Repose-toi

7,6/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s