Il – Jean-Michel Blais

JMB_2_cr_dit_photo_Eric_MorrissetteSorti le 8 avril 2016

Pianiste et compositeur, Jean-Michel Blais s’inscrit dans un courant très ambiant, mélangeant des influences minimalistes à une technique jazz, sans l’aide (ou si peu) d’autres instruments. Son album Il rappellera vaguement le côté contemplatif de Ludovico Einaudi ou encore le doigté de Chilly Gonzales.

L’album Il est relativement bref pour un opus de ce genre : seulement 27 minutes. Il semble que Jean-Michel Blais ait favorisé un nombre restreint de compos pour se concentrer sur l’essentiel. En tout cas, c’est l’impression qu’il arrive à donner!

Hasselblad 4 démarre l’album. On entend essentiellement le piano, mais aussi quelques bruits en fond, au début. Cela lui donne une touche très nostalgique, tout en douceur, comme on peut entendre sur beaucoup d’autres œuvres du même registre. Heureusement, la pièce-titre Il vient juste après avec quelque chose de plus nerveux, mais aussi très puissant mélodiquement pour nous rassurer : ce n’est pas un album de berceuses qu’on écoute ici!

En fait, Blais arrive à installer un rythme particulier pour presque chacune de ses pièces. Dada a quelque chose de joueur et d’innocent, Nostos (avec la collaboration de Bufflo) crée une lourdeur étrangement envoûtante, Budapest semble s’assumer dans les influences classiques, Casa, avec ses presque huit minutes, crée une belle tension au fil de la pièce(quoique cette longueur fait tache avec le reste, alors que la plupart des autres n’atteignent pas le cap des quatre minutes), et Rondo majeur conclut le tout avec un air berçant.

Malgré la courteur relative de son opus, Jean-Michel Blais fait preuve d’un véritable talent pour créer des énergies bien différentes sans autre chose que son piano. Il réussit, du même coup, à éviter le piège des répétitions au sein d’un même album. Quand même, comparé à un autre album du même registre, Il semble bien timide en longueur. Espérons que le pianiste trouve davantage d’inspiration pour la suite, toujours sans sacrifier la qualité!

À écouter : Il, Nostos, Rondo majeur

7,8/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s