Le Film – Katerine

Katerine_Le_Film_Recto_HDSorti le 8 avril 2016

On ne sait plus trop comment présenter l’excentrique Philippe Katerine : ses chansons absurdes semblent s’intensifier d’un album à l’autre, jusqu’au point de non-retour avec Le Film, sa dixième sortie sur disque. L’explication derrière l’album est très longue et complexe, mais voici, en résumé, ce qu’il faut savoir de l’opus avant de l’écouter : depuis le décès de son père, l’artiste éprouve des envies de commettre des meurtres, mais a plutôt choisi de se lancer dans un roadtrip où il a improvisé des chansons qui deviendront celles de son nouvel album. Il n’y a pas de vrai film associé à cela, mais cela se serait déroulé comme si ça en était un dans sa tête. Oui, c’est probablement aussi chaotique que ce à quoi vous vous attendez!

La chanson-titre Le film donne un minuscule aperçu de la tension qui dominera l’album. Katerine se sent comme un «figurant parmi les figurants» sur une musique au piano. Le piano se poursuit avec Pas simple, y allant d’un registre doux et nostalgique au début… et quelques surprises dans la seconde moitié.

Le concept de l’album est expliqué dans Papa, et on apprend que la seule victime des envies de mort de Philippe Katerine, c’est un petit hérisson qui traversait la route. Vient ensuite une réflexion sur ce qui advient des objets détenus par les gens qui décèdent avec Les objets.

C’est à Compliqué que ça se corse : au piano s’ajoutent des effets douteux et des paroles d’une rare intensité, répétant à outrance qu’on a déjà été «une goutte de sperme». Cela contraste avec Doudou, qui se rapproche plus d’une sympathique comptine, avant de retomber dans quelque chose de plus étrange, avec Le bonheur, où le chanteur «reformule» ce qu’il veut dire l’essentiel de la chanson. Dans le registre des chansons étranges et plus ou moins claires, retrouvons aussi Automobile (et ses nombreux effets sonores ajoutés), la liste de Danse traditionnelle (quoiqu’elle est bien faite!),

Reconnaissons quand même quelques titres qui se démarqueront positivement, comme Merveilleux, La Seine, la comique réflexion présentée dans 3 ans, et la fin en douceur (enfin, dans la mesure qu’il arrive à être doux) avec Moment parfait.

Mais sur 16 pistes, c’est quand même léger et ça ne justifie pas vraiment l’achat d’un album complet.

J’ai tenté d’écouter l’album avant d’avoir lu la mise en contexte. Grave erreur! La ligne directrice est tellement floue et les chansons sont tellement plus bizarres les unes que les autres que sans comprendre ce qui pouvait se passer dans la tête de Katerine au moment de composer ses chansons, on ne pourra aucunement les apprécier. Ceux qui se rappellent du maintenant classique Des bisous ne retrouveront malheureusement pas le même humour absurde mais accrocheur qui caractérisait cette chanson.

Les inconditionnels de Katerine y retrouveront un audacieux retour aux sources. Pour les autres, seulement quelques chansons vont peut-être arriver à attirer votre attention. Ce n’est pas que le concept de Le Film est mauvais, mais c’est qu’il est si chaotique qu’il exige concentration et ouverture d’esprit pour apprivoiser les subtilités que l’artiste nous offre… et ce n’est pas tout le monde qui a 40 minutes d’attention à consacrer à Philippe Katerine. L’avenir dira si l’album s’apprivoise finalement mieux avec du recul.

À écouter : Papa, Merveilleux, 3 ans

5,8/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s