Les Fleurs de Pinotte – Les Fleurs de Pinotte

Fleurs de PinotteSorti le 22 avril 2016

Sébastien Lafleur est un personnage coloré qui aime apporter une touche unique à sa musique. Cela se transpose parfaitement à son projet parallèle de musique pour enfants, Les Fleurs de Pinotte, où il signe les compositions, les textes et la réalisation. Par contre, il n’est pas seul dans cette aventure : il fait appel à plusieurs chanteurs invités qui vont donner vie à ses textes ludiques.

Quinze titres en 26 minutes : c’est ce que nous offre le premier opus des Fleurs de Pinotte. Les sujets visent théoriquement les 0 à 7 ans, mais Sébastien Lafleur se plaît à penser que ces chansons au caractère léger pourront aussi plaire à un public plus vieux. En tout cas, il a mis l’énergie pour offrir des compositions plus complexes que de vulgaires comptines.

Petit magicien ouvre le bal avec l’inimitable Klô Pelgag à la voix. Deux choses retiendront l’attention. Premièrement, l’orchestration impressionnante, qui ne manque pas de maturité, si on oublie tous les petits effets sonores enfantins. Deuxièmement, les textes très humoristiques qui feront, souhaitons-le, réagir les jeunes enfants. Ce premier titre ne dure même pas trois minutes, mais il est, tout de même, le plus long de tout l’album. On a bel et bien droit à un opus destiné à un jeune public qui n’a que très peu d’attention à consacrer.

Certains chanteurs se prêtent plus au jeu que d’autres. Josianne Paradis, dans Très très fort, n’hésite pas à prendre un ton complètement différent. Même chose pour Navet Confit (dans Je suis le plus beau), Massicotte (dans Les bottes) et Géraldine (dans Mon perroquet et Cocotte).

Au fil de l’écoute, on se surprend à entendre des genres très éclectiques. On a droit à un peu de tout : des chansons orchestrées, des airs pop, du folk, du blues, du rock, des morceaux plus électroniques, etc. Les plus jeunes porteront probablement davantage aux textes, mais pour le reste de la famille, la musique en dessous est tout aussi, sinon plus, importante. C’est donc un bon compromis pour garder l’attention de tous. Et puis, les textes, bien qu’ils ne toucheront pas particulièrement un public mature, pourront quand même en faire sourire plus d’un, surtout Petit magicien et Monsieur Gros Nez.

Dur de critiquer un album qui ne nous est pas destiné : les meilleurs juges seront les enfants qui écouteront Les Fleurs de Pinotte et feront savoir leur appréciation. Aux dernières nouvelles, la vérité sort encore de leur bouche! Seule chose certaine, c’est que cet album ne manque pas d’audace et en sortira plus d’un de sa zone de confort.

À écouter : Les yogourts glacés, Papa n’a pas vu, Mes vêtements

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s