CHRONIQUE : Northcote et la finale de feu du Fringe Musique

Northcote 1Par Olivier Dénommée

Sur la dizaine de shows présentés dans le cadre de la portion Musique du 26e Fringe de Montréal, le dernier auquel j’ai assisté était aisément celui qui m’a le plus épaté. La formation Northcote de Vancouver et ses invités étaient en pleine forme et ont permis au festival de se terminer sur une très bonne note.

C’est 20h20 que le groupe est arrivé sur scène, jouant dès les premières secondes avec énergie. Matt Goud, alias Northcote, et ses trois musiciens étaient heureux d’être à Montréal et ça se sentait. Et le public du Divan Orange, sans être plein à craquer, lui rendait bien. Pour une première expérience avec le groupe, cela dépassait largement mes attentes. Northcote était aussi très proche de son public : beaucoup d’interactions avec les membres de l’assistance, puis le chanteur est même descendu sur le plancher pour donner un câlin à un fan, pendant une chanson. Pourquoi pas?

Beaucoup de gens dans la salle connaissaient déjà les chansons par cœur, les chantant à tue-tête, même celles du dernier opus paru l’automne dernier, dont beaucoup de chansons du show étaient tirées. La vibe transpirait l’énergie, quelque part entre l’indie rock, le folk, et même un peu la pop dans les mélodies. Terriblement efficace, et surtout très entraînant. Une portion du spectacle était, d’ailleurs, en solo, où le chanteur se retrouvait avec sa guitare dans un public attentif. C’était finalement pour mieux revenir, non seulement avec son band, mais aussi avec les autres artistes en première partie : on a pu entendre une chanson avec Jordan Klassen, puis deux avec Josiah. Peu d’artistes ont l’humilité de laisser la place à d’autres artistes lorsque c’est «leur» set, mais Northcote devenait, le temps de quelques chansons, un sideman pour ces artistes.

Northcote w Jordan KlassenNorthcote w JosiahAlors que le Fringe nous avait habitués à des spectacles relativement brefs, cette perfo aura duré 1 heure 10 à elle seule, gardant constante cette énergie contagieuse du début à la fin. Vraiment, cela pouvait difficilement mieux finir un festival comme celui-ci! Le public était fatigué avec plusieurs soirs de spectacle, mais Northcote était en pleine tournée canadienne depuis trois semaines et n’a démontré aucun indice de fatigue. Chapeau.

Première partie

Pour accompagner Northcote, deux bands étaient à l’affiche : Jordan Klassen, compatriote de Vancouver aussi, et Josiah & the Bonnevilles, des États-Unis. Par contre, pour des raisons de temps, il n’a été possible pour moi que de voir la portion de Jordan Klassen, accompagné simplement de son claviériste Todd. Un jeune artiste sympathique qui avait quelques bonnes chansons dans le registre indie folk, tout en étant plus discret que la tête d’affiche. Un autre artiste à suivre.

Jordan Klassen(Photos : Olivier Dénommée)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s