Chapitre II – Tambour

Tambour Chapitre 2Sorti le 5 juillet 2016

Dès qu’il s’asseoit derrière un piano, Simon Piché-Castonguay fait de la magie. Après un excellent EP Chapitre I paru un peu moins de deux ans auparavant, ce n’était qu’une question de temps avant que la suite vienne. Et effectivement, la voilà : Chapitre II vient une fois de plus nous bercer les oreilles avec quatre nouveaux titres.

C’est avec douceur que L’apostrophe nous initie au bref opus. Le pianiste joue seul une valse discrète, mais sera enfin rejoint par des cordes après une minute et demie, qui vont apporter beaucoup de profondeur à la musique. Quant à Sleepers, c’est sur la pointe des pieds que tout le monde commence à jouer cette pièce d’une extrême lenteur. Aux coussins créés par les cordes d’ajoutent de la clarinette et du carillon, ajoutant aux textures déjà très berçantes de ce second titre. En seconde dernière partie de la pièce, on a droit à un réveil semi-agité, représenté par une belle montée en collaboration avec la clarinette.

Aux musiciens de Tambour s’ajoute le cor de Pietro Amato dans Farewell Museum. Une autre couche de douceur qui est toujours bienvenue et qui ajoute un peu de chaleur à l’ensemble.

On a gardé le meilleur pour la fin : la Valse N.1 quitte un peu le registre des berceuses ambiantes pour presque nous donner envie de danser, malgré une ambiance toujours lentes, voire un peu lugubre au début. En fait, au milieu, on semble reconnaître un côté Yann Tiersen toujours rassurant.

Bien que la musique de Tambour conserve toujours un côté cinématographique, on sent que ce Chapitre II se soit davantage aventuré dans l’extrême douceur, s’amusant à créer avec de nouveaux instruments, mais en offrant moins de variations dans l’intensité. Il y a aussi beaucoup moins de montées dramatiques que dans sa précédente sortie, qui nous donnaient des frissons dans Esquisses oubliées en trois mouvements par exemple. Cet opus, plus égal, plaira tout de même aux fans de la musique de Simon P. Castonguay, mais surtout à ceux qui veulent une petite musique douce à écouter en fin de soirée, sans trop de tracas.

À écouter : Sleepers, Valse N.1

7,9/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s