Jawbreaker! – Dawn Tyler Watson

DTW JawbreakerLancé le 7 juillet 2016

La blueswoman montréalaise Dawn Tyler Watson s’est fait connaître ces 20 dernières pour sa voix puissante et versatile, lui valant le titre de Reine du blues à Montréal, ainsi que pour son duo avec Paul Deslauriers (Dawn & Paul). Quinze ans après sa première sortie studio, elle est enfin prête à lancer un second opus solo, intitulé Jawbreaker!, à la fois en référence au bonbon et à la boxe, et s’est entourée des meilleurs musiciens de la scène blues, jazz et soul/RnB d’ici. Le résultat est à la hauteur de ce qu’on peut s’attendre d’une artiste de ce calibre et a largement valu l’attente.

On démarre lentement avec Can’t Nobody (Jeanne Peterson et Steve Cirkvencic), mais ce n’est que pour nous donner la chance de vivre le build-up, un instant à la fois. Cela ne prend pas bien longtemps avant que le gros blues nous explose aux oreilles. Notez que bien que cette chanson soit une reprise, c’est seulement une des trois qui ne seront pas des compos originales de Dawn Tyler Watson. Les deux autres sont la jazzy Greenbacks (Renald Richard) et le classique Forever Young (Bob Dylan).

Déjà, dès Shine On, la chanteuse s’amuse dans des registres plus près de la soul, voire du gospel, et elle y semble parfaitement à l’aise. Just a Little Bit More y va d’un registre plus doux, chargé de sensualité. Son guitariste Ben Racine y fait, en prime, la ligne vocale masculine.

L’album nous fait beaucoup voyager entre les registres; la chanteuse ne nous laisse aucun répit et passera allègrement du blues-rock (Son of a Gun) au jazz (Tootsie Roll Blues, Rotten, Greenbacks), passant même par la ballade non loin du country (I Don’t Live Here Anymore) et le RnB (I See, It Ain’t Elvis). La finale est Shine On/Rise, basée en grande partie sur la seconde piste, en version plus acoustique, mais pas aussi convaincante. La plus mémorable de l’opus demeure certainement la très comique et inspirée Smoked Meat, qui nous décrit la passion que Dawn Tyler Watson a pour la bonne viande fumée. Rien à dire de plus : écoutez-la et vous comprendrez!

En 13 chansons, la chanteuse semble réussir son objectif : elle se présente avec succès comme une artiste accomplie qui sait jongler entre les genres avec naturel. L’opus Jawbreaker! frappe effectivement très fort et plaira facilement aux amateurs de bon blues vocal qui recherchent un peu de variété dans leurs albums. Si cet album n’est pas sa consécration, je ne sais pas ce qui le sera.

À écouter : Shine On, Just a Little Bit More, Smoked Meat

8,1/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s