We Came As Romans – We Came As Romans

WCARSorti le 24 juillet 2015

Je me souviens avoir écouté un album de ce groupe pour la première fois dans le cadre de son passage au Heavy Montréal 2014. Deux ans plus tard, We Came As Romans est de retour avec un autre album en poche. De mon côté, j’ai du relire ma critique sur Tracing Back Roots, car je ne me souvenais plus de ce que j’avais dit sur le band. Il faut dire que l’album était tellement ordinaire qu’il m’était complètement sorti de la tête, et que ce n’est pas très différent ici.

Le virage mainstream entamé sur Tracing Back Roots s’accentue ici. Le metalcore prend définitivement le bord, sauf à quelques rares moments. Normalement, j’aurais dit que c’est la bonne chose à faire, car un groupe doit savoir se renouveler avec le temps, mais le résultat qu’on a ici n’est pas appréciable du tout. Tous les aspects que j’avais critiqués sur Tracing Back Roots, c’est-à-dire le générisme et les passages clichés et forcés afin de rendre le tout plus «radio-friendly» non seulement sont présent ici, mais sont également accentués, saturés au point où j’ai eu de la difficulté à terminer une seule écoute de l’album tellement il était prévisible et chiant.

Bon, certaines chansons sont quand même bien, comme Blur qui m’a permis de tenir le coup et m’a même fait passer un bon moment, son aspect très nu-metal me rappelant du vieux Linkin Park par moments. Il est cependant dommage de constater à quel point ces quelques bons moments sont noyés par une écriture générique et faite pour plaire aux radios.

Il reste cependant que le plus gros point positif de cet album est que WCAR assume son nouveau son et crée ainsi un album beaucoup plus constant que le précédent. On ne trouve plus cet espèce de mélange hétérogène et forcé de metalcore et de hard rock radio de Tracing Back Roots. Entre autres, les singles Regenerate et The World I Used to Know nous le font bien remarquer, même si la première a quelques éléments rappelant le plus vieux matériel.

Malgré tout, je n’ai pas trouvé de chanson qui se démarque réellement du lot. Même les quelques bons moments que j’ai passés finissent par se dissiper. Même les singles ne m’ont pas accroché plus qu’il faut; ils sont à l’image de cet album : pauvres, génériques et ennuyants.

À écouter : Regenerate, Blur, Flatline

6,5/10

Par Sacha Dürig

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s